Archives de catégorie : Actes de la journée d’études « Le rythme aujourd’hui : pratiques et théories avec l’oeuvre d’Henri Meschonnic »

Meschonnic, lecteur de Nerval

Meschonnic, lecteur de Nerval

— une réflexion sur la notion de « discours » dans la poésie

 

Ces dernières années, la recherche sur Henri Meschonnic est en augmentation. Beaucoup de chercheurs ont approfondi ses divers sujets : la linguistique, l’enseignement, la traduction etc. Au Japon, les études ne font que commencer, particulièrement par rapport aux linguistes comme Humboldt, Saussure, Benveniste, etc. On peut dire que ses travaux féconds sur le langage sont étayés par la pratique de « lire » des poèmes, des poètes. Dans cette étude, pour tenter de situer Meschonnic comme « lecteur des poètes », on examinera la notion de « discours » chez Meschonnic en axant le point de vue sur ses critiques littéraires jusqu’à la publication de Critique du rythme. Meschonnic a trouvé son propre discours comme « sentence » par la lecture de Nerval en 1958. Il a ainsi développé une notion nervalienne du « discours » indépendamment de celle de Benveniste qu’il découvrira plus tard.

 

Articles de Meschonnic aux yeux des études nervaliennes

Meschonnic a commencé sa carrière de critique par la publication de l’article sur André de la Vigne dans Les Lettres Françaises en 1957. Dans cet article, il mentionne déjà plusieurs poètes comme Gérard de Nerval, Jules Laforgue, Guillaume Apollinaire, et Charles Péguy. La plupart de ses critiques littéraires sont notamment publiées dans les deux revues : Europe et Nouvelle Revue Française. Il a traité beaucoup de poètes comme Paul Éluard, André Spire, Arthur Rimbaud, Saint-John Perse et d’autres poètes. Chaque article est suffisamment intéressant et examinable, mais l’on n’a pas encore bien réfléchi sur celui-ci jusqu’à ces dernières années.

Pourtant on ne relève même que des articles relativement récents. Autrement dit, on n’a pas étudié ses essais à partir de 1957 jusqu’à la publication de Critique du rythme en 1982. Pourquoi ? Est-ce parce que ce sont des écrits de « jeunesse », avant la publication de son œuvre capitale tel que Critique du rythme ou Poétique du traduire ? Même si ses écrits de « jeunesse » ne sont pas mûrs, ils méritent lecture, car toutes ses œuvres sont inachevables et inaccomplies selon Meschonnic. Il faudrait dire hardiment qu’il n’y a pas la différence entre l’œuvre « capitale » et l’œuvre « mineure » dans la mesure où l’on considère sa vie. C’est ce que Meschonnic voulait dire dans l’article de Nerval en 1958. Il affirme la consistance de « vivre-écrire » chez Nerval et prouve que ce poète des Chimères n’est pas né de mysticisme comme Swedenborg mais de sa jeunesse.

En général, la critique tend à perdre son actualité avec le temps. Mais, quant à l’article de Meschonnic, il reste encore actuel puisqu’il est cité jusqu’à aujourd’hui dans le champ des études nervaliennes. Pour cette occasion, nous avons consulté toutes les études nervaliennes qui ont mentionné l’article de Meschonnic dans la mesure de mes moyens à la Bibliothèque nationale de France. Et nous avons trouvé son nom en tout lieu, y compris dans les dernières recherches, comme l’œuvre complète de Classique Garnier publié en 2011. Nous allons voir une citation nº1. C’est une description de la « Bibliothèque de Pléiade » par Claude Pichois. Il accorde de la valeur à Meschonnic qui « a cherché à mettre en lumière l’influence des poètes du XVIe siècle sur la poésie nervalienne ». (O.C. 1989:1957)

Cette investigation nous enseignera que l’on pourrait trouver les critiques littéraires de Meschonnic dans chaque domaine de recherche. Cette fois-ci, nous allons examiner l’actualité de son essai sur Nerval dans le développement de son œuvre même (Voir: Guillaume, 1996; Geninasca, 1971; Schärer, 1981; Maladain, 1986; Brix, 1986; Guyaux, 1997; Maladain, 2005 ; Gratigny, 2008 ; Nerval, 2011.).

Aux yeux des études nervaliennes, il semble y avoir unanimité à admettre que l’article de Meschonnic a démontré la continuité des œuvres de jeunesse aux Chimères. S’inscrivent donc dans Les Chimères aussi bien le jeune Nerval en tant que poète qui a écrit des poèmes sur Napoléon, que le traducteur du Faust de Goethe en Allemagne, et le journaliste qui a publié un choix d’œuvres poétiques du XVIe parmi lesquelles celles de Ronsard, Du Bellay, Baïf, Belleau, Du Bartas, etc. Nous reviendrons sur cette anthologie plus loin. À l’appui du texte qui suit, on pourra donc mieux considérer la contribution de Meschonnic :

Henri Meschonnic remarque que « le rôle de la ’sentence’ dans Les Chimères rappelle les ’vers-oracles’ de Ronsard », et il note : « [Gérard] a donc ’ronsardisé’ jusque dans Les Chimères. » La remarque est on ne peut plus exacte […]. (Carle 1991:205)

Michel Carle explique l’effet de Ronsard dans l’œuvre de Nerval par la notion curieuse de « sentence », et nous voilà au cœur du sujet de notre discussion. Mais avant d’entrer dans le vif du débat, nous allons observer le texte de Meschonnic :

Ce qui provoque son admiration [celle de Nerval] « plus qu’on ne peut dire », c’est les Discours [ceux de Ronsard, donc] — une poésie de sentences : et c’est de là en grande partie qu’il prendra sa manière. […] Ce que Nerval allait chercher dans Ronsard, c’est un usage formulaire des mots. (Meschonnic 1973:21)

On remarque tout de suite que la « poésie de sentences » est une paraphrase de « Discours ». Cette phrase est cité dans l’édition de Pour la poétique III en 1973 et la même depuis la première édition du texte sur Nerval en 1958.

Qu’entend-on par ce mot « sentences » ? En général, et dans ce contexte, il s’agit bien d’une « courte phrase dogmatique d’un style littéraire » qui « s’emploie en rhétorique au sens de ‘phrase, période’, d’où ‘maxime’ » et, plus loin, Alain Rey ajoute qu’« avec la valeur de ‘maxime’, le mot s’emploie dans la locution ne parler que par sentences (1680) ‘affecter de parler gravement et par lieux communs’ » (Ray2011). Alors, qu’entend Meschonnic par ce mot « sentences » ? Nous continuons la lecture :

Le rôle de la « sentence », dans les Chimères, est considérable, d’où l’emploi incessant de l’article défini, qui fixe la vision sur le caractère définitif des choses transformant le passé en prophétie, donnant au vers l’allure fatidique des oracles : […]. (Meschonnic 1973:21-22)

Selon Meschonnic, le caractère définitif de la sentence force à « transformer le passé en prophétie ». Il appelle donc cela un « vers-oracle ». Ici, la « sentence » signifie plus qu’une sorte d’assertion ou d’affirmation puisque la sentence qui vient en droite ligne de Ronsard est une paraphrase de « discours ».

 

Discours et Discours

La « poésie des sentences », c’est les discours. Or, ce discours n’a aucun rapport avec celui de Benveniste bien qu’il soit possible que Meschonnic, lorsqu’il a écrit en 1958, ait lu un article de Benveniste qui s’appelle « la nature des pronoms » publiés en 1956. Même si cette hypothèse n’est pas exclue, il ne faudrait pas mettre en corrélation la conception de Benveniste puisque nous ne pouvons attester de sa connaissance par Meschonnic à ce moment. Nous nous contentons ici de dire que ce « discours » désigne tout simplement le titre d’une œuvre de Ronsard, c’est-à-dire, Discours des misères de ce temps. Comme on a déjà vu, Nerval a fait une anthologie des poètes du XVIe siècle et cette expérience a influencé l’architecture des Chimères à ce que prétend Meschonnic. Dans cette circonstance, les discours en italique ne signifient qu’un titre de la poésie à la première vue.

Mais si Nerval avait donné un autre sens au « discours » tout en faisant évidemment référence à Ronsard ? À vrai dire, le discours dont Nerval parle et le titre des discours de Ronsard sont deux choses bien différentes. Nerval a commis une certaine confusion quand il fait l’anthologie. C’est maintenant attesté par les recherches récentes nervaliennes, et si l’on tient compte de ce fait, on devra reconsidérer ces « discours » en tant que « poésie de sentence ». Avant d’aller plus loin, il faut constater comment Nerval a pris le contresens de Discours de Ronsard selon une description du Dictionnaire Nerval édité par Michel Brix et Claude Pichois. :

Et ses rares tentatives d’émancipation, d’ailleurs, ne lui réussissent que très médiocrement : il […] se méprend sur le sens de Discours, recueille une « Églogue » parmi les « Odes » de Ronsard et enfin manifeste une totale méconnaissance de la chronologie des œuvres de l’auteur des Amours. (Pichois et Brix 2006:110)

Certes, Nerval se méprend sur le sens des Discours, mais on pourrait également dire qu’il a inventé lui-même son « discours ». Ce que Nerval prend pour le « discours », ce sont tous les alexandrins à rime plate chez Ronsard, et on dirait qu’il a conféré au discours une allure éloquente et oratoire. Pour cela, Dagmar Wieser fait une remarque ceci :

Écrites en alexandrins à rimes plates, elles ont la forme d’un vers de théâtre. Conçues à la ‘deuxième personne’, elles relèvent du régime énonciatif du ‘discours’ au sens qu’Émile Benveniste confère à ce terme : c’est le régime ‘déictique’ caractéristique entre autres de l’espace scénique. Lecteur infidèle, Nerval tend à infléchir le langage oratoire de Ronsard vers une forme de langage dramatique. (Wieser 2004:256-257)

Ici, Wieser essaie d’établir une connexion entre le discours de Nerval et celui de Benveniste. L’oratoire comme apostrophe devient la forme théâtrale qui consiste en la relation entre je et tu. Cette lecture aventureuse va être accueillie dans l’étude meschonnicienne car on trouve naturel qu’il y ait la relation entre je et tu comme discours. Wieser aborde cette proposition dans d’autres articles (Wieser 2002, 2002).

 

Partant de Nerval : Vers une autre conception de Discours

En nous appuyant sur cet article, nous sommes prêts à relire l’essai de Meschonnic. Voilà que le discours est « plus qu’un titre du livre » puisque Nerval y a donné un autre sens qui ressemble à celui de Benveniste. À quoi s’ajoute l’interprétation par Meschonnic : il prend le discours comme poésie de sentences. Le discours comme sentence, le discours comme vers-oracle. On pourrait dire qu’il avait du « discours » une notion bien à lui.

Comme nous l’avons dit précédemment, nous n’avons aucune intention de renverser le discours meschonnicien qui vient de Benveniste en abusant de celui de Nerval. Quand Meschonnic utilise ce mot, il cite toujours la phrase de Benveniste, ni Ronsard, ni Nerval sauf dans cet article sur Nerval. Nous entendons par là que l’on pourrait trouver un germe de sa théorie du langage en partant de cette notion de discours comme sentence. Autrement dit, « le discours-sentence » pourrait mettre en lumière une genèse spécifique de la notion dans la pensée du langage de Meschonnic.

Nous donnons un seul exemple pour penser à une autre conception de la notion de discours. Dans le livre Critique du rythme en 1982, Meschonnic critique le rythme ornemental et stylistique :

Le rythme dans le langage, menant ensemble le verbal et l’infra-verbal, dépasse la saisie qu’en a la linguistique de la phrase, et même la linguistique du discours. […] Cette recherche des modes de signifier remet à leur place les réductions ornementalistes. (Meschonnic 1982:650)

Juste après cette critique, Meschonnic cite une phrase de Marcel Granet pour insister sur le primat de rythme :

Le génie des sentences et le génie des rythmes n’ont point pour objet d’orner et de diversifier le discours. Tous deux se confondent toujours avec une puissance d’inspiration elle-même indistincte d’un savoir traditionnel. (Granet, 1968:69)

Reste à savoir comment Meschonnic pense au lien rythme et sentence, et c’est une question actuelle et future tout en s’attachant à baliser le chemin vers l’avenir.

 

Conclusion : Une poétique de sentence

Nous avons examiné les premières critiques de Meschonnic et montré que par la lecture de Nerval, Meschonnic a trouvé son propre discours comme « sentence », et qu’il a été développé à partir de la notion nervalienne, indépendamment de celui de Benveniste. Il est certain qu’il y a un dénominateur commun entre le discours de Nerval et celui de Benveniste comme l’a dit Wieser. C’est la forme théâtrale entre « je » et « tu ». Par contre, le discours comme sentence, pour Meschonnic, prend un tout autre aspect. C’est une sorte de fatalité, de prophétie et d’oracle.

On tourverait l’aspect prophétique de sentence dans le livre Pour la poétique III tout entier. La suite d’article sur Nerval, Meschonnic traite la poésie d’Apollinaire, qui a déclaré que « l’esprit nouveau exige qu’on se donne de ces tâches prophétiques » (Apollinaire 1991:950). Il ne faudrait pas prendre le mot « prophétie » dans un sens religieux, parce qu’elle « est l’audition, une relation de communication telle que le récepteur se réalise dans le message, qui est le signifiant de son désir et de sa culpabilité » (Meschonnic 1973:268). La sentence comme prophétie a aussi une force du langage. Dans l’article sur Éluard, on retrouve la « sentence » dans la forme nominale chez Éluard.

Poésie du nom, de la dépendance et de la possession vécues comme existence, comme un être qui est nom, intemporel ou plutôt permanent, – cela fait un langage proche de la sentence, et formulaire. (Meschonnic 1973:221)

Ainsi, on a trouvé qu’il y a deux enjeux non examinés dans les premières critiques littéraires de Meschonnic : l’un est l’appréciation dans d’autre domaines de recherche. Cette lecture rétroactive donnera le fruit d’études meschonnicisnnes. L’autre est le vrai sujet dans le livre de Pour la poétique III. À partir de la notion sentence-discours, sentence-prophétie et formulaire (aussi le proverbe qui s’est traité surtout dans Pour la poétique V), on pourrait trouver le dénominateur commun entre poètes auquel Meschonnic s’attachait dans ce livre : Nerval, Apollinaire, Kafka, Spire, Éluard et Baudelaire.

 

Références

APOLLINAIRE, G., « L’Esprit nouveau et les poètes » in Œuvres en prose II, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard 1991.

BRIX, M., Nerval Journaliste (1826-1851), Presses Universitaires de Namur, 1986.

CARLE, M., Du citoyen à l’artiste : Gérard de Nerval de ses premiers écrits, Les Presses de l’université d’Ottawa, 1992. GENINASCA, J., Analyse structurale des Chimères de Nerval, La Braconnière, 1971.

GRANET, M., La pensée chinoise, Albin Michel, 1968 (1re édition, 1934).

GRATIGNY, S., Gérard de Nerval : Mythe et lyrisme dans l’œuvre, Harmattan, 2008.

GUILLAUME, J., « Les Chimères » de Nerval, Palais des académies, 1966.

GUYAUX, A. (éd.), Nerval : Actes du colloque de la Sorbonne du 15 novembre 1997, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1997.

NERVAL, G.de, Œuvres complètes, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, GUILLAUME, J. et PICHOIS, C. (éd.), Gallimard 1980. NERVAL, G.de, Œuvres complètes : Choix des poésie de Ronsard, Du Bellay, Baïf, Belleau, Du Bartas, Chassignet, Desportes, Régnier, t. I, BURON, E. et ILLOUZ, J.-N. (éd.), Classiques Garnier, 2011.

MALADAIN, G., Nerval ou l’incendie du théâtre, José Corti, 1986.

MALADAIN, G., « Les arabesque de l’ironie nervalienne », dans Journée Nerval du 29 janvier 2005 à Saint Germain en Laye, Hybride, 2005.

MESCHONNIC, H., Pour la poétique III : Une parole écriture, Gallimard, 1973.

MESCHONNIC, H., Critique du rythme, Verdier, 1982.

PICHOIS, C. et BRIX, M., Dictionnaire Nerval, Du Lérot, 2006.

RAY, A, Dictionnaire Historique de la langue française, Nathan, 2011.

SCHÄRER, K., Pour une poétique des Chimères de Nerval, archives nervaliennes, v. 194, Les Lettres Modernes, « Archives nervaliennes » no13, 1981.

WIESER, D., « Nerval au miroir de Ronsard et de Corneille », dans L’histoire dans la littérature, EIGENMANN, E. et ADERT,

  1. (éd.), Droz, 2000.

WIESER, D., « Création théâtrale et sentiment d’identité : Nerval au moiroir de Corneille », dans L’histoire littérature de la

France, v. 102, Presses Universitaires de France, 2002.

WIESER, D., Nerval : Une poétique du deuil à l’âge romantique, Droz, 2004.

Le rythme aujourd’hui : pratiques et théories avec l’oeuvre d’Henri Meschonnic

ACTES de la journée d’études « Le rythme aujourd’hui : pratiques et théories avec l’œuvre d’Henri Meschonnic » 

du Mercredi 11 Mai 2016 (9h-16h30) à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3en Salle Bourjac – 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e, soutenue par THALIM (Théorie et histoire des arts et de la littérature, UMR 7172). Responsables : Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, THALIM) et Marie-Hélène Paret Passos ( Pontifícia Universidade Católica do Rio Grande do Sul/ CAPES)

Meschonnic 11 maiCette journée d’étude a voulu montrer, à travers quelques travaux de chercheurs et doctorants, l’actualité de la notion de rythme telle que l’a conceptualisée Henri Meschonnic (1932-2009), depuis au moins Critique du rythme (Verdier, 1982). Elle accompagnait le lancement de ce carnet de recherche, « Henri Meschonnic : actualités et recherches, relations et résonances » qui veut rassembler au niveau international les travaux concernant l’œuvre de ce théoricien du langage, poète et traducteur. Elle voulait également signaler des passages de témoin entre chercheurs ayant connu Henri Meschonnic et travaillé avec lui, et de jeunes chercheurs qui le lisent aujourd’hui au coeur de leur recherche.

Marie-Hélène Paret Passos (PUCRS/CAPES) : Henri Meschonnic écrit Hugo: une poétique de la minuscule dans les manuscrits de la Fin de SatanHenri Meschonnic écrit Hugo – Acte texte 11 mai

Marc de Launay (ENS/CNRS) : Livre juif ou livre grec : sur Genèse 1. Marc de Launay. Livre juif ou livre grec. Sur Genèse 1

Gérard Dessons (Université Paris 8) : Le rythme et le reste.

DR: MH Paret Passos
DR: MH Paret Passos

Melissa Melodias (Paris 3) : Pasolini, Meschonnic : vivre et le rythme.

Rafael Costa Mendes (Paris 3/PUCRS) : Le rythme dans la traduction biblique : lecture de Henri Meschonnic par Haroldo de Campos https://mescho.hypotheses.org/242

Shungo Morita (Paris 3) : Henri Meschonnic, lecteur de Ronsard et de Nerval : une réflexion sur la notion de « discours » dans la poésie : https://mescho.hypotheses.org/233

Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, DILTEC et THALIM) : Le rythme, la voix, la relation : des « correspondants par excellence » : https://ver.hypotheses.org/2210

 

 

Henri Meschonnic

Ce carnet de recherche a pour objectif d’impulser les recherches autour de l’oeuvre d’Henri Meschonnic (1932-2009) et de rassembler les actualités le concernant. Ces actualités et ces recherches peuvent concerner les contextes et les sources de l’œuvre ainsi que sa genèse que les archives déposées à l’IMEC permettent d’éclairer, les actualités éditoriales tant françaises qu’en traduction, les séminaires, journées d’études et colloques ainsi que les thèses en cours. Rassemblant les chercheurs (enseignants-chercheurs, doctorants et étudiants intéressés) et plus généralement les lecteurs de l’œuvre, ce carnet veut devenir un lieu de réflexion et de théorisation continuée à partir des conceptualisations engagées par Henri Meschonnic : rythme, langage, société, voix, traduction, poème. Un dictionnaire des notions et des noms dans l’œuvre sera mis en chantier ainsi que des traductions en diverses langues.