Ingeborg Bachman lue par Henri Meschonnic

Viennent de paraître, sous le très beau titre Toute personne qui tombe a des ailes, les poèmes (1942-1967) d’Ingeborg Bachman (1926-2003), traduits par Françoise Rétif en Poésie/Gallimard. Il faut alors signaler le beau numéro de la revue Europe paru en août-septembre 2003 qui était consacré à la poète de langue allemande née en Autriche et décédée à Rome (on peut lire la présentation de ce numéro ici : http://www.europe-revue.net/pages/recherche-par-titres/parutions-2003/bachmann-r.pdf). Dans ce numéro dirigée par Françoise Rétif, on pouvait lire la contribution au dossier de Henri Meschonnic. Un « avec Ingeborg Bachman » qui est aussi une reprise de pensée au plus près de ce que le poème engage : une poétique. Et au plus près de quelques textes que Meschonnic traduit de l’allemand. Etonnant d’arriver à écrire ceci : « Le poème, chez elle, écrit sa fin ». Meschonnic le fait non par savoir biographique mais par la poétique : toute la différence entre la critique et la surdité même esthète ou à la mode…

$_57

HM Bachman1

HM Bachman 2

HM Bachman 3

HM Bachman 5

HM Bachman6

HM Bachman7

Bachman par HM notes

Les livres d’Henri Meschonnic avec les tables des matières

Cette bibliographie cherche à introduire à une poétique de l’œuvre par les titres, ceux des ouvrages et ceux des parties d’ouvrages. Aussi elle voudrait aider chacun à prendre connaissance de l’œuvre par une lecture cursive des tables des matières afin d’apercevoir quelques aspects du rythme de l’œuvre. Des abréviations sont proposées pour chaque ouvrage.

politique_du_rythme-168x269-2

1967 : (DFC) Dictionnaire du français contemporain, (en collaboration), Larousse

 

1970 : (PP I) Pour la Poétique I, essai, Gallimard, 180 p.

– Pour la Poétique

– L’espace Poétique

– L’organisation métaphorique

– La Poétique et la pratique de l’écriture

– Science ou écriture

Proposition pour un glossaire (suivi d’un Supplément au glossaire)

 

1970 : (5R) Les Cinq Rouleaux, traduit de l’hébreu, Gallimard, 240 p.

Pour une poétique de la traduction

– Le Chant des chants

– Ruth

– Comme ou les Lamentations

– Paroles du Sage

– Esther

 

1972 : (DP) Dédicaces proverbes, poèmes, Gallimard, 124 p. 

Dédicaces proverbes est une expérience en cours

– Le matin vient

– Dédicaces proverbes

– Puis je commence

 

1973 : (PP II) Pour la Poétique II, épistémologie de l’écriture, Poétique de la traduction, Gallimard, 458 p.

  1. Pour une épistémologie de l’écriture

– Pour une épistémologie de l’écriture

– Non mots mais phrases, poésie

– Linguistique et Poétique : pour connaître une parole écriture

– Sémiotique et Poétique, partant de Benveniste

– La Poétique l’histoire chez Bakhtine

– Poétique du sacré dans la Bible

  1. Poétique de la traduction

– Propositions pour une Poétique de la traduction

– D’une linguistique de la traduction à une Poétique de la traduction

– On appelle cela traduire Celan

– La Bible en français. Actualité du traduire

– Au commencement

 

1973 : (PP III) Pour la Poétique III, Une parole écriture, Gallimard, 342 p.

Ce sont ici des approches

– Essai sur la Poétique de Nerval (1958)

– Apollinaire illuminé au milieu des ombres (1966)

– La parabole ou Kafka (1969)

– Éluard poète classique (1962)

– La poésie d’André Spire (1968)

– Un langage-solitude. Les formes-sens de La Vie immédiate d’Éluard (1968)

– Un poème est lu : «Chant d’automne»de Baudelaire (1970)

La recherche entreprise se situe

 

1975 : (SP) Le Signe et le poème, essai, Gallimard, 548 p.

Toute critique se critique

– Le signe et l’écriture dans le sacré

– Le signe absence dans le discours du mythe

– La voix de l’écriture

– Le sacré

– La théorie du nom contre le langage

– Humboldt ou le sens du langage

– Le va-et-vient du sacré chez les pragmatiques ou le langage est une maladie

– Le système et la forme

– La sémiotique

– Le signe et le Poétique

– L’anthropologique du symbole

– Des signifiants aux hiéroglyphes

– Le signe et le sacré de la phénoménologie

– L’irréduction du langage dans Husserl

– Chemins perdus, chez Heidegger

– L’écriture de Derrida

– Le signifiant et l’histoire : juif rhétorique, juif écriture

– Le signifiant et le poème

On a essayé de

 

1976 : (DNR) Dans nos recommencements, Gallimard

 

1977 : (PP IV-1) Pour la Poétique IV, écrire Hugo (tome 1), Gallimard, 306 p.

Hugo est une écriture combattante

Pourquoi Hugo

– Écrire l’abîme avant de le vivre

– L’exil avant l’exil

– Poétique politique dans Châtiments

 

1977 : (PP IV-2) Pour la Poétique IV, Écrire Hugo (tome 2), Gallimard, 218 p.

– Recommencement de l’inachevable

– Vers le roman poème- Les romans de Hugo avant Les Misérables

– La poésie dans Les Misérables

– Le poème Hugo

Écrire Hugo

 

1978 : (PP V) Pour la Poétique V, Poésie sans réponse, Gallimard, 442 p.

– D’où parlez-vous ?

– La situation du langage Poétique

+ Sur les contre les pour sont jetés

– Le discours de la philosophie…

– Sur Wittgenstein, philosophie du langage et poésie

– Les silences de la philosophie devant la poésie

– Maurice Blanchot ou l’écriture hors langage

+ La liberté des poètes

– Il n’y a pas de modèles…

– Les proverbes, actes de discours

– Poésie, langage du langage, pour Michel Deguy

– «Rimbaud et / ou Mallarmé ? »…

– Ni Rimbaud ni Mallarmé

+ Traduire situer

– La violence est la condition…

Traduction restreinte, traduction généralisée

– Traduction d’un texte prophétique

– Le calque dans la traduction ou la Bible en décalcomanie

– De la difficulté de traduire la Bible

– Traduire situer aujourd’hui Trakl

+ Traverser une méthode

– On ne traverse ni on ne quitte…

– Le structuralisme dans les études bibliques

– La Palice chez les linguistes

– Théorie du langage, théorie politique, une seule stratégie

+ Questions à des réponses

– Le lien entre la poésie et la poétique…

– Faire une épistémologie de l’écriture

– Les questions de la poétique

– Sur l’avant-garde

 

1979 : (L) Légendaire chaque jour, poèmes, Gallimard, 86 p.

 

1981 : (J) Jona et le signifiant errant, Gallimard, 136 p.

Jona

Traduire la Bible, de Jonas à Jona

Le signifiant errant

 

1982 : (CR) Critique du rythme, Anthropologie historique du langage, Verdier (réédition en 1990), 730 p.

La théorie du rythme est poétique

– 1. Critique, historicité de la théorie

Critique, théorie

– 2. Activité théorique, activité poétique

La théorie du rythme est solidaire

– 3. L’enjeu de la théorie du rythme

Le rapport interne entre le rythme et le sens

– 4. Le langage sans la musique

Le paradoxe de l’origine

– 5. Le rythme sans mesure

C’est le rythme ou le mètre

– 6. Le poème et la voix

Cherchant une rythmicité pure

– 7. Espaces du rythme

Il n’y a pas, d’un côté, l’audition

– 8. Situations du rythme

Historicité de la voix

La poétique désacralise le poème

Le rythme est l’historicité d’un poème

– 9. Prose, poésie

Le vieux schéma du signe

Annexe. Quatre analyses de prose

-10. Métrique pure ou métrique du discours

Le rythme est trop important

– 11. Nombres, bricolages

La métrique est un conservatoire

– 12. Non le vers libre, mais le poème libre

Les nombres, rigueur, science, ordre

– 13. L’imitation cosmique

De l’imitation du cosmique à l’imitation du corps

– 14. Critique de l’anthropologie du rythme

En débordant la critique technicienne de la poésie

– 15. Non le signe, mais le rythme

La théorie du rythme est politique

 

1983 : (RD) « Rythme, discours, subjectivité » et « Rythme, théorie du langage, poétique de la société », dans Georges Maurand (éd.), Le Rythme, Avec Henri Meschonnic, Actes du Colloque d’Albi de juillet 1983, Université de Toulouse le Mirail.

 

1984 : (NV) «La nature dans la voix », introduction à Charles Nodier, Dictionnaire des onomatopées, Trans-Europ-Repress

 

1985 : (VV) Voyageurs de la voix, poèmes, Verdier. Prix Mallarmé, 1986.

 

1985 : (CTC) «Présentation », «Critique de la théorie critique»et «Le langage chez Habermas, ou : Critique, encore un effort », dans Critique de la théorie critique, Langage et histoire, séminaire de Poétique [autour de Max Horkheimer] sous la direction de H. Meschonnic, Presses universitaires de Vincennes

 

1985 : (MS) «Mallarmé au-delà du silence» dans Stéphane Mallarmé, Écrits sur le livre, éditions de l’éclat (pp. 11-62)

  1. Théologie des Lettres
  2. L’âme rythmique et le rythme hégélien
  3. Le sujet est «je me fus fidèle »
  4. Simplement la vie

 

1985 : (EP) Les États de la Poétique, PUF, 284 p.

-Cheminement, ce livre…

+ Une crise sans critique

– Une dernière chose qui compte

– Sociologie de la poétique

– Une crise sans critique dans les théories du langage et de la littérature

– Les états de la poétique aujourd’hui en France

– Mort de Roman Jakobson

– Poétique et politique

– Écrire, et la rencontre des générations

+ Stratégie du rythme

– Critique, condition du rythme

– Le rythme, entre philosophie et poésie

– Le sens de «rythme »

– Qu’entendez-vous par oralité ?

– Rythme, discours, subjectivité

– Rythme, respiration et langage

– Non le répétition, mais le rythme

+ La poésie contre la poésie

– La poésie se fait contre la poésie

– La poésie est critique

– L’avant-garde poétique aujourd’hui

– Théorie et poésie

– L’épopée est quotidienne

– Avec Guillevic

– La poésie est ordinaire

+ Le poème est bleu comme une orange

– L’écriture de Satan

– Œuvres de jeunesse de Flaubert

– Le poème est bleu comme une orange – Éluard, Maïakovski

+ Le lieu non lieu de la théorie

– La poétique, sans la société

– Enseignement, séminaire

– Apprendre à lire la poésie, ou à l’écrire

– La bibliothèque que les livres n’arrêtent pas

 

1986 : (JJ) Jamais et un jour, Éditions Dominique Bedou (épuisé)

 

1988 : (MM) Modernité Modernité, Verdier (repris en Folio-Gallimard en 1993, 316 p.)

La modernité est un combat

– Modernité de la modernité

– Le moderne comme symptôme

– Quand commence la modernité ?

– Où a lieu la modernité ?

– La modernité comme travail du sujet

– La technique, la ville, la modernité

Il n’y a pas de sens unique

– La modernité est indivisible, la modernité est inguérissable

Une compulsion de convergence

– Les modernités

Modernité, modernisme

Le mythe de la rupture

Le danger pour le moderne

– Le mythe du nouveau

– L’avant-garde et l’après

– Le classique et le moderne

– Le pluriel et le sériel

Nul n’est sûr

– La modernité Baudelaire

Un slogan pour la modernité

– «Il faut être absolument moderne », un slogan pour la modernité

Le travail contre le moderne

– Le moderne et le contemporain, aujourd’hui

Entre la modernité Baudelaire

– La raison du moderne

Conciliatrice provinciale

– En quoi la défense du moderne est-elle moderne ?

– Le musée du XXe siècle

– Modernité de la fin

Un passé contre le présent

– La modernité à la mode de Vienne

C’est par purisme

– De quoi est faite l’anti-modernité

Pauvre aujourd’hui

– Post-avant et post-arrière

– De quoi ils ont peur

– Philosophie du post-moderne ou philosophie du nuage

– La perte du sens

Les schémas sont des abris

– Le primitivisme vers la forme-sujet

L’expressionnisme-angoisse

– L’expressionnisme travail du sujet

– Le poème, l’éthique et la modernité

L’infini du sujet

 

1989 : (RV) La Rime et la vie, Verdier, 366 p.

La fable du signe…

+ Silence : langage

Le langage parle du langage…

– Tirer la langue

  1. Beaucoup de bruit pour la langue
  2. Un génie sans génie
  3. Beauté des langues
  4. Cinq leçons pour exposer que le langage n’est ni du son ni du sens

– Da-guer, da-guer

– Les guerres du langage

– Pas de larmes pour la rhétorique

– Paulhan la terreur

– Facile, difficile, et théorie du langage

+ L’oreille sur l’avenir

Les poètes sont ceux…

– Prague, Poétique et poésie

– Poésie, théorie

– Lire la poésie aujourd’hui

– Scève dans la modernité

– Lionel Ray et les métamorphoses de la modernité

– Guillevic, poète des monomots

– Á l’allemande, à la française

– L’effet de poésie de la tradition allemande dans les recherches contemporaines en France

– Poésie, le devoir de lucidité

+ La rime et la vie

La poésie est ce dont

– Rimer, trahir le monde

– Musiquer la poésie, c’est signer le signe

– La rime et la vie

+ Le parti du rythme

L’oralité est un travail

– L’écriture, le rythme et le langage ordinaire

– Oralité et littérature

– L’oralité, poétique de la voix

– Le rythme palimpseste

– Le sujet de l’écriture

– Le rythme et le poème chez Henri Michaux

– Rythme de l’or

– Villes, mères de la modernité

– L’athéisme du rythme

La poétique négative

 

1990 : (NP) Nous le passage, Verdier et Artalect, édition sonore (cassette audio), 96 p.

 

1990 : (LH) Le Langage Heidegger, PUF, 398 p. (indisponible)

Ce livre est autre chose…

Fuir le poétique, c’est fuir le langage

Le langage Heidegger

Le tabou et la critique

Heureux comme Heidegger en France

La fascination Heidegger

Le mime

Il n’y a pas de «heideggériens »

Quoi de nouveau dans Heidegger ?

Lire et délire

Le débat sans la question. Critique d’une polémique

«Le combat pour ne pas nommer le combat» (M. Blanchot)

Le «silence»de Heidegger

Poétique et rhétorique du sublime

L’être contre le langage

Les mains du sublime

Langage-temps

Le temps dévoré par l’être

La langue qui parle

Penser, dans le langage Heidegger

La poétique, mais la poésie, l’art

Ce que Heidegger empêche de penser…

 

1991 : (DM) Des Mots et des mondes, Dictionnaires, encyclopédies, grammaires, nomenclatures, Hatier, 312 p.

La danse des mots

– Lire un livre de mots et l’écrire

– Des mots, des mots, des mots

– Au bout des mots

– La langue en mots

– La religion de la langue

– Des mots et des hommes

– Des livres de combat

– Il y a grammaire et grammaire

Dans aucun dictionnaire

Chronologie sentimentale

 

1995 : (PR) Poétique du rythme Poétique du sujet, Verdier, 620 p.

+ Pour une poétique du politique

– Poétique et politique

– Le politique comme interprétant

– Le politique et les poètes

– Le politique et la critique

– L’essence du politique comme politique de l’être

– Le rythme sans poétique

– L’éthique et le politique sans poétique – Ricœur

– On demande une poétique

– Il ne suffit pas de dire «poétique»pour penser politique

– Penser le langage

+ Pour une politique du rythme

– Le langage comme défi

– Poétique et philosophie

– La poétique fait la critique de l’époque et elle n’est pas ailleurs, elle n’est nulle part

– Du rythme, encore du rythme, toujours du rythme dans les disciplines du sens

– D’une poétique du rythme à une politique du rythme

– Politique du rythme

– La poésie comme contre-savoir

+ Poétique et politique du sujet

– Le sujet, éthique du poème

– Le sujet comme politique de la modernité

– L’individu comme maladie de la modernité

– L’ère de la confusion – Renault contre Foucault

– «Retenons donc nos larmes »

– Parole vide et parole pleine – Lacan

– Politique et biologie du sujet – Le Bon et Freud

– La sujette

– Le sujet et son rythme

+ L’épreuve de la poétique

– Rythme-langage, un coup de Bible dans la philosophie

– Notes autour du langage et autour du réel

– Que les signes sont des actes selon Kenneth Burke

– L’état de la théorie du langage chez Richard Rorty

– Casser la figure

– Rhétorique et poétique de la catastrophe

– Rythme, poésie, éthique chez Marina Tsvetaïeva, de poètes à poètes

+ L’aujourd’hui, l’introuvable

– Baudelaire plus moderne que les post- et plus présent que jamais mais méconnaissable

– De qui, de quoi est-on le contemporain ?

– Le dialogue entre Char et Heidegger, un chapitre d’histoire sainte

– Signe descendant, ou d’une insensibilité contemporaine à la coprographie

– Êtes-vous fou ?

– Modernité, modernerie, modernitude

– La post-modernité n’existe pas, ou petite logique portative pour rester moderne contre l’époque

– Les académismes maintenant

– Notes pour une géopoétique

– La poésie ne fait que passer

– Ouverture

 

1995 : (PDL) «Introduction» et «Penser Humboldt aujourd’hui» dans La Pensée dans la langue, Humboldt et après (ouvrage collectif dirigé par Henri Meschonnic), Presses universitaires de Vincennes, pp. 5-50.

Tradition et non-tradition

Penser Humboldt

Écouter sans entendre

La philosophie contre la pensée Humboldt

Le contemporain contre la pensée

L’inconnu de la pensée, aujourd’hui

 

1996 : (HGS) Histoire et grammaire du sens (co-direction d’un ouvrage collectif avec Sylvain Auroux et Simone Delesalle), Armand Colin

 

1997 : (DLF) De la Langue française, Essai sur une clarté obscure, Hachette, 356 p. (repris avec des corrections et quelques modifications dans la collection de poche « Pluriel », Hachette, 2002)

Pourquoi ce livre

  1. Ce que la clarté empêche de voir
  2. Parler français
  3. L’amour de la langue
  4. Le génie de la langue : le mot
  5. Le génie de la langue : la chose
  6. On croit qu’on parle de la langue, mais on parle de la littérature
  7. La langue de la conversation
  8. La langue sans le génie
  9. L’esthétique de la langue
  10. Le son de la langue
  11. L’ordre des mots
  12. La clarté comme confusion des concepts
  13. La langue est fixée
  14. La langue est pure, la langue est riche
  15. L’universalité de la langue française
  16. L’Académie des siècles
  17. Rupture et continuité
  18. C’est la faute à l’orthographe
  19. Le génie de la Bastille
  20. Une eschatologie de la langue royale
  21. Comparer les langues
  22. La guerre des langues et le peuple élu
  23. Heureux comme Dieu en France
  24. La langue française, «chef-d’œuvre en péril »

La langue française pour la poétique

 

1998 : (TR) Traité du rythme, Des vers et des proses, Dunod (en collaboration avec Gérard Dessons), 242 p.

Avertissement

Introduction

+ Définir le rythme

  1. Pourquoi le rythme
  2. Du rythme au discours

+ Noter le rythme

  1. Principes généraux
  2. L’accentuation
  3. De l’accentuation métrique à l’accentuation rythmique et prosodique

+ Lire le rythme

  1. Lecture et subjectivité
  2. Le poème, pas les vers
  3. L’oralité du récit
  4. Le rythme du drame dans la prose de théâtre
  5. Une prose comme récitatif

Conclusion

Glossaire

 

1999 : (PDT) Poétique du traduire, Verdier, 474 p.

+ Introduction

– En commençant par les principes

– L’Europe des traductions est d’abord l’Europe de l’effacement des traductions

+ 1. La pratique, c’est la théorie

– Poétique du traduire, non traductologie

– Les traductologiques

– La poétique est la politique du traduire

– Traduire la littérature

– Rythme et traduction

– Penser le continu, traduire le continu

– Traduire ce que les mots ne disent pas mais ce qu’ils font

– Alors la traduction chantera

– Le traducteur et la haine de la poétique

– Le texte comme mouvement et sa traduction comme mouvement

– Traduction, adaptation-palimpseste

– Transformation du traduire et altérité

– Le rythme comme éthique et politique du traduire

+ 2. La théorie, c’est la pratique

– Parce que l’expérience est première

– La critique distinguée devant le fils du soleil, Hamlet

– Le nom d’Ophélie

– Les silences du pentamètre iambique

– Guillevic traducteur

– La femme cachée dans le texte de Kafka

– Poétique d’un texte de philosophie et de ses traductions : Humboldt, Sur la tâche de l’écrivain de l’histoire

– Traduire c’est mettre en scène comme Antoine Vitez dans La Mouette de Tchékhov

– Entre traduire et non-traduire – Claudel le psalmiste

– Traduire le sacré ou traduire le rapport au divin

– Traduire, c’est retraduire – la Bible

– L’atelier de Babel

– Si traduire est écrire

 

1999 : (CDN) Combien de noms, L’Improviste, 96 p.

 

2000 : Crisis del signo, política del ritmo y teoría del languaje, Crise du signe, politique du rythme et théorie du langage, (édition bilingue avec une traduction en espagnol par Guillermo Piña-Contreras) Ediciones Ferilibro (Saint-Domingue), 104 p.

 

2000 : (JE) Je n’ai pas tout entendu, Dumerchez, 128 p.

 

2000 : (GL) «Et le génie des langues ?» (Présentation) et «Poétique de la pensée : le latin de Spinoza» dans Et le génie des langues ? (ouvrage collectif dirigé par Henri Meschonnic), Presses universitaires de Vincennes, pp. 5-15 et pp. 103-148.

 

2000 : (FL) «La Force du langage» dans Jean-Louis Chiss et Gérard Dessons (dir.) Rythme, Discours, Traduction autour de l’Œuvre d’Henri Meschonnic, éd. Honoré Champion, pp. 9-19.

 

2000 : (RL) Le Rythme et la lumière, avec Pierre Soulages, Odile Jacob, 230 p.

Les grands poètes

Dire et la peinture

Comme le langage, comme la poésie, comme la musique

Ni signe, ni chose : répondre le monde

Du carré sans angles à la religion des couleurs

Pure la peinture pure

Pas le futur — le présent, pour toujours

Mettre en scène l’invisible

Le sujet c’est le moderne

L’époque

La palette française

Sous le signe du rythme

Un noir lumière

Le temps en peinture

Le pinceau et l’encre

Le vitrail vient de loin

La prosodie du regard

 

 

2001: (UJ) L’Utopie du Juif, Desclée de Brouwer, 428 p.

L’utopie est le lieu

 

L’utopie transgression de l’histoire

Nous ferons et nous écouterons

La définition et les individus

Le signifiant errant

Raisons et déraisons

La pensée et le théologico‑politique

Juive, la pensée .                     ‑

Le théologisme

L’opposition du théologique au politique

Le religieux est le politique, ou le politique est le religieux

Le langage dans la tradition juive ou le sens comme absence du rythme

Présence et absence du langage

Le sens comme face à face sans bouche et sans oreilles

La kabbale à la lettre

Rozenzweig en silence

La grammaire de l’écoute

Le goût du rythme

Génie du lieu et génie de la langue : Midbar, « désert », et davar, « parole », en hébreu

Dieu absent, Dieu présent dans le langage

Dieu, louange du langage

Théologie négative, nomination superlative

Différer le nom

Rappeler le nom

Poétique du divin, poétique de l’affect, et leur traduction

L’éthique du langage

Le langage comme prophétie

Le messianisme, une utopie juive

La poésie et les livres saints

L’allégorie chez Walter Benjamin, une aventure juive

L’allégorie, forme‑sujet

L’hébreu comme allégorie

Le passage comme construction renversive

Le futur au passé, le passé au futur

L’histoire, le langage, allégories l’un de l’autre

Entre nature et histoire, les Juifs

            Verus Israël

            De la régénération à la modernité

            Actualité de Grégoire

            Zoologie de l’antisémitisme

            La faute à l’émancipation

Sartre et la question juive

Les nouvelles réflexions sur la question juive

La passion de l’universel

Une position purement morale

Une communauté quasi historique

L’antisémite et le démocrate

Utiliser le messianisme

L’éthique sans la poétique

L’Égypte en nous

La tentation idolâtre

            Sortir d’Égypte

            Le son caché d’Amon‑Rè

            Les âmes et les lettres

            L’Égypte, notre double

De même que l’individu …

Note sur quelques parties de ce livre

 

2001: (GL) Gloires, traduction des psaumes, Desclée de Brouwer, 556 p.

La poétique du divin, pas le marché du signe

  1. Le marché du divin
  2. Le marché des traductions
  3. Le problème poétique
  4. Le paradoxe d’une poétique du divin: débondieuser
  5. Gloires
  6. Le goût du rythme comme récitatif
  7. Le texte
  8. Syntaxes
  9. Quelques mots : amen — bonheur à.. . — pour un tour et un tour — retourner le retour — levez la voix — dix-huit manières de dire l’éternité
  10. Les noms de Dieu
  11. Les notes

Gloires

Notes

Bibliographie

***

2006 : (NI) Le Nom de ntore ignorance, la Dame d’Auxerre

Le nom de notre ignorance

Les changements du regard

Situer, comparer

Décrire est un mythe

Le linaire de l’histoire de l’art

Le double fond de l’historicité

Le perceptible et l’imperceptible

Un geste religieux

L’énigme

La sculpture et les métaphores

Voir à travers le langage, montrer ce qu’on ne voit pas

L’absence de nom

 

2009 : (PSP) Pour sortir du postmoderne, Klincksieck,

  1. Le point de départ
  2. La modernité après le postmoderne
  3. La modernité n’est modernité que si elle est la modernité de la modernité
  4. Quelques figures de l’académisme
  5. Modernez, modernez, le pluriel cache un singulier comme le singulier cache un pluriel
  6. Les modernités
  7. L’aventure est le roman de la pensée
  8. Et la raison n’y comprend rien
  9. Comment jouir de l’inconnu
  10. L’étranger au temps
  11. Du passé en paquet-cadeau
  12. Mai mai
  13. L’an 2000, cette vieillerie
  14. Le sujet est la modernité
  15. La poétique de la modernité comme critique de l’esthétique
  16. Jean-François Lyotard du haut de son nuage
  17. Sortir enfin du postmoderne

***

2012 : (OT) l’Obscur travaille, Arfuyen

 

2012 : (LHT) Langage, histoire, une même théorie, Verdier

I. La poétique pour l’historicité

  1. Histoire, histoire
  2. Langage, histoire, une même théorie
  3. Pour une poétique de l’historicité
  4. Rythme, théorie du langage, poétique de la société
  5. L’humanité, c’est de penser libre
  6. Dans le langage, c’est toujours la guerre
  7. Pas de critique sans théorie critique du rythme

II. …et pour le politique

  1. Le langage, le pouvoir
  2. La vie pour le sens, Groethuysen
  3. L’apocalypse ou l’histoire, René Girard
  4. Le cœur des pierres, Roger Caillois
  5. Situation de Sartre dans le langage

III. …et pour le langage

  1. Ni Marx ni le marxisme n’ont de théorie du langage
  2. Mais…
  3. Critique de la Théorie critique
  4. Portrait de Horkheimer en philosophe bourgeois de l’histoire
  5. Le langage chez Adorno ou Presque comme dans la musique
  6. Le langage chez Habermas ou Critique, encore un effort
  7. Poétique de la sociologie de Bourdieu
  8. L’épreuve du désastre doit-elle se poursuivre par le désastre de la pensée ?

IV. …et pour l’éthique

  1. Note sur l’éthique et l’écriture
  2. Giraudoux, la laideur de la beauté.
  3. Le poème, l’éthique et l’histoire
  4. Civique, politique, et l’éthique
  5. C’était Foucault. Quand le politique n’a pas de poétique, il devient le délire du politique.
  6. Choc ou dialogue de cultures

V. …et pour aujourd’hui

  1. L’enjeu de la pensée du langage
  2. Penser Humboldt aujourd’hui
  3. Continuer Humboldt
  4. Humboldt, plus d’avenir que de passé
  5. Etre Hugo aujourd’hui, ou l’invention de pensée comme arme. Les intellectuels et l’exil.
  6. Où va la poésie, après le 11 septembre ?
  7. Démagogie du silence et devoir de résistance. Comment être post-hitlérien sans le savoir
  8. Pour en finir avec le mot Shoah
  9. Pour « Shoah », ne pas confondre le mot et la chose
  10. Réalisme, nominalisme : la théorie du langage est une théorie de la société
  11. Le bonheur, c’est les vivants d’abord.

 

Le 11 mai 2016, journée d’études « Le rythme aujourd’hui : pratiques et théories avec l’œuvre d’Henri Meschonnic »

Cette journée d’étude veut montrer l’actualité de la notion de rythme telle que l’a conceptualisée Henri Meschonnic (1932-2009). Elle accompagne le lancement d’un carnet de recherche sur hypothèses/org qui veut rassembler au niveau international les travaux concernant l’œuvre de ce théoricien du langage, poète et traducteur. Elle associera deux chercheurs d’importance le concernant (Marc de Launay, CNRS, et Gérard Dessons, Paris 8) à trois jeunes doctorants de Paris 3 (Melissa Melodias, Rafael Mendes et Shungo Morita) . Elle est organisée par Serge Martin qui a dirigé le numéro de la revue Europe consacré en 2012 à Henri Meschonnic et Marie-Hélène Paret Passos qui travaille sur les archives de l’auteur à l’IMEC et qui prépare une anthologie de l’œuvre en portugais brésilien.

Programme à venir prochainement. Lieu : Sorbonne nouvelle.

th