Écouter ce qui reste de la voix-poème : Note sur « Voix et relation » de S. Martin (Marie Delarbre, 2017)

La question de la relation est toujours critique. Quand est publié L’amour en fragments. Poétique de la relation critique (Université d’Artois, 2004), Henri Meschonnic a qualifié Serge Martin de celui qui « a de l’oreille » pour écouter « la mondialisation du dualisme et de l’éclectisme[1] ». Et on voit que son oreille reste fine dans son dernier livre, Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre, 2017). Comme la notion d’amour y jouait un rôle majeur pour préserver le poème du dualisme régnant de la Raison, les deux notions de voix et de relation forgées par ce livre dissipent aussi cette opposition traditionnelle. Et il n’y a pas que ça : ce livre explore notre domaine de recherche qui s’attache au corps, théâtre, voix, écoute, geste et bien sûr au poème et au langage. On peut dire que ce livre « se rattache à tout », sans exagération hyperbolique.

Continuer la lecture de Écouter ce qui reste de la voix-poème : Note sur « Voix et relation » de S. Martin (Marie Delarbre, 2017)

Thinking Language and Translation with Henri Meschonnic (respondant commentary)

(Participation au colloque « Thinking Language with Henri Meschonnic » à l’Université Queen Mary University à Londres, le 22 septembre 2017, comme modérateur lors de la table ronde sur Meschonnic et la traduction. Participants : Professeur John E. Joseph de l’Université d’Edimbourg (communication : « Language-Body Continuity in the Linguistics-Semiology-Poetics-Traductology of Henri Meschonnic »), et Professeur Clive Scott (émérite) de l’Université d’ East Anglia (« Translating Rhythm into the Rhythm of Translation »)

Continuer la lecture de Thinking Language and Translation with Henri Meschonnic (respondant commentary)