Archives par mot-clé : Jacob Max

Style et Situer : Jacob, Meschonnic, Macé

Le style humain

Peut-on choisir un style ou inventer « son » style ? Peut-on posséder le style « en propre » ou « en commun » ? La vieille polémique sur le style recommencera aussi longtemps que les êtres humains vivront parce qu’il est question de la vie même, ou de la « forme de vie », selon l’expression maintes fois répétées par Marielle Macé. Macé rentre dans ce débat et elle considère le style comme « une “relationnalité” neuve », ou « une nouvelle façon d’entrer en rapport avec le monde et avec soi »[1]. Le style est la notion relationnelle, n’est pas la propriété d’un seul homme, ce qui renvoie alors à la vieille formule d’il y a cinquante ans : « Étudier le style d’un écrivain, c’est étudier un univers fermé-ouvert, langage à tous, langage unique. »[2]. À partir de cette phrase Henri Meschonnic commença à écrire le livre Pour la poétique, en empruntant l’idée à la préface de 1916 du Cornet à dés de Max Jacob.

« Style » et « Situé »

Le style n’est pas personnel, mais paradoxalement, il est fermé en même temps qu’ouvert. C’est l’allure d’un « œuvre » même. L’homme n’est donc pas du style, contrairement au dicton populaire de Buffon : « Le style, c’est l’homme même ». Marielle Macé, dans Styles, tente aussi de faire la généalogie de l’anti-buffonisme en citant Henri Michaux et Denis Roche[3].

Le style, cette commodité à se camper et à camper le monde, serait l’homme ? Cette suspecte acquisition dont, à l’écrivain, on fait compliment ? […] Bloqué ! il s’était précipité dans son style (ou l’avait cherché laborieusement). Pour une vie d’emprunt, il a lâché sa totalité, sa possibilité de changement, de mutation. Pas de quoi être fier. Style qui deviendra manque de courage, manque d’ouverture, de réouverture : en somme une infirmité. Tâche d’en sortir. Va suffisamment loin en toi que ton style ne puisse plus suivre. (Michaux)

J’aimerais entendre ceci d’une bouche : « permission accordée d’échapper au style ! » Se ferait aussitôt entendre une déflagration. (Roche)

Quand Denis Roche dit la déflagration dans son essai sur la photographie, qui s’intitule La Disparition des lucioles, il suggérait non seulement un flash de la photo, mais aussi la lumière de luciole. Et cela nous renvoie aussitôt à Pasolini. Pasolini considérait toute existence comme une promesse de rayonnement et il voulait protéger les chances de l’« apparaître » humain. Des visages, des corps ou des gestes, toutes choses humaines ont la force de rayonner, une capacité d’éclat propre à la vie humaine. Marielle Macé appelle cela « l’être-luciole ». Ce mot m’a fait beaucoup d’impressions, mais aujourd’hui je ne peux pas approfondir la déflagration des lucioles.

On pourrait y ajouter le nom de Max Jacob qui n’est pas mentionné par Macé. Avant Michaux et Roche, Max Jacob se situe parce qu’il n’était plus d’accord avec Buffon, dans la préface 1916 de Cornet à dés. Il dit « ce qui est l’homme même, c’est son langage[4]». Et il écrit :

Plus l’activité du sujet sera grande, plus l’émotion donnée par l’objet augmentera; l’œuvre d’art doit donc être éloignée du sujet. C’est pourquoi elle doit être située. […] Un créateur n’a le droit d’être charmant qu’après coup, quand l’œuvre est située et stylée. [5]

Le style, c’est le langage et la volonté de s’extérioriser par des moyens choisis. Mais le style serait aussitôt situé. Situé, au sens de Max Jacob, c’est éloigné du sujet, de la sensation de fermé.

On reconnaît une œuvre du style à ceci qu’elle donne la sensation du fermé; on reconnaît qu’elle est située au petit choc qu’on en reçoit ou encore à la marge qui l’entoure, à l’atmosphère spéciale où elle se meut. [6]

Style-Situé, ce lien prosodique est repris par Henri Meschonnic, dans Pour la poétique et dans Critique du rythme.

Sa fermeture, marqué par Max Jacob dans la préface du Cornet à dés […] est ce qui situe et organise cette enquête de correspondances des grandes aux petites unités, des structures du récit aux structures prosodiques, faisceaux de convergences singulières, langage et vision, où il est capital de ne pas abstraire un formel quelconque d’une thématique quelconque. C’est retrouver Flaubert : « La continuité constitue le style ». [7]

Le poème est un moment transitoire d’un je-ici-maintenant. Mais comme il est situé, il donne au sens de Max Jacob, la sensation du fermé, tout en étant une unité ouverte. [8]

On dirait que cette ambivalence (fermé-ouvert) relationnelle peut résonner dans le livre de Marielle Macé. Il faudrait voir cette espace transitionnel comme l’ouverture-fermeture. Max Jacob insiste sur ce que le style ne peut pas être figé, il doit être éloigné et dégagé du sujet personnel. Situer, c’est la « distraction » au sens propre du mot. C’est-à-dire un divertissement en même temps qu’un détournement comme la flânerie[9]. Le style devrait être situé avec cette distraction, même dans notre époque.

De la déflagration à la conflagration

En marge de la discussion sur le style, je prends un article de Meschonnic qui s’intitule « La conflagration de Max Jacob »[10]. La Conflagration, ce titre, semble-t-il, un peu plus belliqueux et batailleur que la déflagration de Denis Roche. Mais, en réalité, alors que la déflagration est le discontinu entre le sujet et le style, la conflagration vise à la continuité en transformant les deux. Meschonnic retrouve ce mot dans la lecture de Conseils à un jeune poète de Max Jacob: « la véritable invention vient d’une conflagration de pensées ou de sentiments »[11], mais on peut trouver dans L’art poétique, « l’art est la conflagration après rencontre d’un homme harmonieux avec lui-même »[12]. Antonio Rodriguez, éditeur des Œuvres de Max Jacob, fait remarquer que « la conflagration de “soi” est l’aboutissement d’un homme qui est parvenu à se situer »[13]. Meschonnic se retrouve dans le « calembour » de Jacob. Quoique la plupart des textes de Max Jacob soient déjà vieillis, Meschonnic croit que son humour n’a jamais vieilli. Par exemple, Jacob a transformé le nom d’un personnage biblique Mathusalem en « Matuvusalem » faisant allusion à « M’as-tu-vu », l’orgueil. Puis il cite : « Mr. Hitler m’invita à venir à son atelier, rue Caulaincourt : ‘Mais je suis encore trop juif, mon empereur ! – Bah! tu me diras ce que tu penses de ma peinture’ ». Et enfin, plutôt l’humour qu’une raillerie, mais prosodique, c’est « le Surréalisme, ce joujou d’un sou ». Meschonnic préfère cette forme burlesque, ainsi il conclut que « le calembour est une conflagration » parce que, pour Jacob, « c’est sa manière d’unir le poème et le calembour. ».

« Le calembour est une conflagration », ce n’est pas l’expression belliqueuse ou batailleuse. Non plus de bêtise, pour Meschonnic. Le calembour confronte le signe comme « sémiotique sans sémantique », qui ne suscite plus de nouveau sens, c’est-à-dire, la discontinuité. Meschonnic voyait dans la poésie de Maïakovski la conflagration du calembour comme continu :

La rime-calembour de Maïakovski a pu réactiver le principe poétique du calembour. Du côté de la signifiance contre le signe. Comme le proverbe. […] Le calembour déclare que quelque chose est pourri dans l’état du signe. Son incongruité, elle aussi, dévoilement du signifiant, et de sa force, participe lointainement du cri. Même si c’est par le rire. [14]

Il y a divers mouvements de signifiant qui ne peuvent pas le réduire aux jeux de mots. Par exemple, le calembour de Jacob, de Maïakovski, et de Guillevic; le mot-valise de Laforgue, de Rilke; l’onomatopée de Nodier, etc.

L’expression « Le calembour est une conflagration » doit être considérée comme un champ de signifier. On peut dire que le style est aussi un mode de signifier sans le confondre avec la forme même.

Maintenant, nous pourrions répondre provisoirement à un des deux questions ci-dessus: peut-on choisir un style ou inventer « son » style ? On ne peut pas choisir ce type de style (malgré Barthes), parce que ce n’est pas le style formaliste comme « prêt-à-porter ». L’autre question : peut-on posséder le style « en propre » ou « en commun » ? Cela est déjà expliqué par « fermé-ouvert ». Or, je pense que cette notion de style s’attache beaucoup à la didactique. Je finis par une belle citation de Max Jacob sur le style relationnel.

Le style de maître, c’est le style d’élève. [15].


[1] Marielle Macé, Styles. Critiques de nos formes de vie, Gallimard, 2016, p. 212.

[2] Henri Meschonnic, Pour la poétique I, Gallimard, 1970, p. 11.

[3] Macé, op. cit., p. 217.

[4] Max Jacob, Œuvres, Gallimard, 2012, p. 347.

[5] Ibid., p.348.

[6] Ibid., p.349.

[7] Meschonnic, Pour la poétique I, pp. 44-45.

[8] Henri Meschonnic, Critique du rythme, Verdier, 1982, p. 709.

[9] Ibid., Jacob rappelle ici le nom de Charles Baudelaire. Par la même notion « Zerstrueung (distraction) », il est tentant d’évoquer son contemporain, Walter Benjamin.

[10] Henri Meschonnic, « La conflagration de Max Jacob »,Cahiers de Max Jacob nº6, 2006. (url:http://www.cahiersmaxjacob.org/cmj6/6meschon.html)

[11] Jacob, op. cit., p. 1696.

[12] Ibid., p. 1357.

[13] Ibid., p. 1800.

[14] Henri Meschonnic, La rime et la vie, Verdier, 1990, p. 226.

[15] Jacob, op. cit., p. 1353.