L’Orient en double : Adonis vu par Henri Meschonnic

1.      Adonis et Meschonnic : lecteur d’un poète

Henri Meschonnic nous a légué plusieurs articles sur des poètes, pour la plupart publiés dans des revues ou des journaux, bien que ses recueils présentent également des chapitres dédiés à la poésie, comme Pour la poétique I-V (1970-1978), Critique du rythme (1982), La Rime et la vie (1990) et Hugo, la poésie contre le maintien de l’ordre (2002), mentionnant Hugo, Nerval, Apollinaire, Éluard, Saint-John Perse, Michaux, etc. Ainsi, depuis son premier article, paru en 1957, le théoricien n’a cessé de lire et d’analyser des poètes non seulement français, mais aussi étrangers. Nous pouvons par exemple citer Adonis, poète contemporain en arabe, qui a été étudié par Meschonnic dans ses articles de critique littéraire. Ce vaste éventail nous suggérerait que sa poétique ne peut pas se séparer de sa pratique de lecture des poèmes. En effet, il accordait lui-même une grande importance à la lecture : « Il faut d’abord apprendre à lire avant d’apprendre à écrire[1] ».

 

Continuer la lecture de L’Orient en double : Adonis vu par Henri Meschonnic

Haroldo de Campos, Henri Meschonnic : deux poétiques de la traduction en convergence

Le 12 février 1984, le poète, traducteur et essayiste brésilien Haroldo de Campos publie l’article « A gesta da origem » dans le journal Folha de São Paulo qui présente sa première traduction d’un extrait biblique. Cette traduction des premiers versets de la Genèse est accompagnée d’un essai théorique introduisant la pratique-théorique de la traduction chez Campos et expliquant les raisons qui l’ont mené à la réalisation de ce travail. Le motif principal nous est présenté par la lecture des traductions bibliques et des essais du traducteur, théoricien et poète français Henri Meschonnic. C’est ici la première fois dans son œuvre que Haroldo de Campos cite ce dernier.

Continuer la lecture de Haroldo de Campos, Henri Meschonnic : deux poétiques de la traduction en convergence

Appel pour un colloque à Hildesheim

https://www.uni-hildesheim.de/media/fb3/uebersetzungswissenschaft/Rhythmuskonzepte_in_der_Translation/Call_for_Papers_2019_Tagung_Fr..pdf

Le concept du rythme d’Henri Meschonnic dans la traduction et la traductologie

du 2 au 4 octobre 2019,
à l’Université de Hildesheim.

Comme peu d’autres avant et après lui, le poète, théoricien de la langue et traducteur français Henri Meschonnic a propagé une réflexion linguistique du continu. Cette formulation n’a pas été choisie par hasard, car le credo radical de Meschonnic se condense dans son travail à partir de l’imbrication inséparable de la théorie du langage et de l’usage de la langue, du langage écrit et parlé, du langage quotidien et poétique. Selon Meschonnic, l’objectif serait de dépasser la pensée linguistique en dichotomies et de libérer le langage de la table de dissection des structuralistes. Ainsi, la langue vivante du sujet ou plutôt le sujet dans la langue devrait être mis au premier plan.

Continuer la lecture de Appel pour un colloque à Hildesheim

La pensée déductive et le sujet du poème : l’essai comme système

« On entend sans savoir qu’on l’entend », comme le dit souvent Meschonnic, on ne peut toujours pas décrire tout ce qu’on comprend complètement. Il se trouvera après coup ou ne se trouvera jamais. En ce moment, il est incertain, voilé, et incomplètement. Lorsqu’on s’efforce de l’écrire du mieux qu’on peut, l’écriture sera devenue vague. Il n’y a pas d’écriture parfaite, au sens d’achevée. En revanche, l’essai comme genre littéraire ne requiert pas de cette complétude, parce que c’est toujours « inachèvement », à ce que disait Sophie Feller1. Bien sûr, l’inachèvement ne veut pas dire qu’il nous permette d’écrire l’essai d’une façon à ce qu’on ne comprenne rien. Par définition, l’essai est toujours dans le passage vers le « comprendre » ou l’« entendre ».

Continuer la lecture de La pensée déductive et le sujet du poème : l’essai comme système

Thinking Language with Henri Meschonnic

Un numéro de la revue Comparative Critical Studies coordonné par Marko Pajevic et David Nowell Smith, vient de paraître autour de Henri Meschonnic (voir les détails ci-dessous). Il montre qu’enfin l’oeuvre considérable de ce dernier est lu ici et là. Ce numéro de revue préfigure une anthologie anglaise qui paraîtra fin 2019 sous le titre The Henri Meschonnic Reader à Edinburgh University Press. Nous ne manquerons pas de la signaler dès parution. (S. M. )

Comparative Critical Studies

Comparative Critical Studies seeks to advance methodological (self)reflection on the nature of comparative literature as a discipline.Print ISSN: 1744-1854Online ISSN: 1750-0109Published on behalf of the British Comparative Literature Association

Volume 15, Issue 3, October, 2018

Thinking Language with Henri Meschonnic





 Continuer la lecture de Thinking Language with Henri Meschonnic  	

Le livre “Spinoza, poème de la pensée” à nouveau disponible

Extraits d’un courrier envoyé par Me Régine Blaig :
1- j’ai le plaisir de vous annoncer la publication par les Ed. du CNRS, coll. Biblis, 2017, du livre:
 
Henri MeschonnicSpinoza, poème de la pensée,
Le texte est conforme à l’original et s’enrichit d’une belle présentation par
Gérard Dessons: « Lire la philosophie ».
Paru en 2002, chez Maisonneuve et Larose, ce livre était devenu indisponible depuis déjà longtemps.

2- On doit la traduction en espagnol à Hugo Savino sous le titre de
Spinoza poema del pensamiento 
publié en 2016, par les éditions Cactus et Traficantes de Suenos.
D’abord en Argentine, puis en Espagne.
Un avant-propos de Diego Sztulwark.
3- A partir de ce livre, une nouvelle étude m’est parvenue récemment sous le titre:
Spinoza y los afectos como invencion del pensar.
éd. Diogenes Cespedes, Universidad Autonoma de Santo Domingo, Republica Dominicana, 2016; panelistas: Gerardo Roa Ogando, Andrés Merejo, Rafael Ciprian, Diogenes Céspedes, 69 p.
*******
A ce courrier, j(SM)’ajoute le compte rendu que j’avais rédigé pour la revue Europe concernant le livre de Henri Meschonnic désormais en poche : http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2010/02/spinoza-poeme-de-la-pensee.html

Écouter ce qui reste de la voix-poème : Note sur “Voix et relation” de S. Martin (Marie Delarbre, 2017)

La question de la relation est toujours critique. Quand est publié L’amour en fragments. Poétique de la relation critique (Université d’Artois, 2004), Henri Meschonnic a qualifié Serge Martin de celui qui « a de l’oreille » pour écouter « la mondialisation du dualisme et de l’éclectisme[1] ». Et on voit que son oreille reste fine dans son dernier livre, Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre, 2017). Comme la notion d’amour y jouait un rôle majeur pour préserver le poème du dualisme régnant de la Raison, les deux notions de voix et de relation forgées par ce livre dissipent aussi cette opposition traditionnelle. Et il n’y a pas que ça : ce livre explore notre domaine de recherche qui s’attache au corps, théâtre, voix, écoute, geste et bien sûr au poème et au langage. On peut dire que ce livre « se rattache à tout », sans exagération hyperbolique.

Continuer la lecture de Écouter ce qui reste de la voix-poème : Note sur “Voix et relation” de S. Martin (Marie Delarbre, 2017)

Thinking Language and Translation with Henri Meschonnic (respondant commentary)

(Participation au colloque “Thinking Language with Henri Meschonnic” à l’Université Queen Mary University à Londres, le 22 septembre 2017, comme modérateur lors de la table ronde sur Meschonnic et la traduction. Participants : Professeur John E. Joseph de l’Université d’Edimbourg (communication : “Language-Body Continuity in the Linguistics-Semiology-Poetics-Traductology of Henri Meschonnic”), et Professeur Clive Scott (émérite) de l’Université d’ East Anglia (“Translating Rhythm into the Rhythm of Translation”)

Continuer la lecture de Thinking Language and Translation with Henri Meschonnic (respondant commentary)

Of rhythm : voice and relation

(ci-dessous ma communication au symposium Meschonnic à Londres le 22 septembre 2017. Un grand merci à R. Costa Mendes pour sa traduction vers l’anglais. S.M.)

Translated by Rafael Costa Mendes

 

Seul le poème peut nous mettre en voix, nous faire

passer de voix en voix, faire de nous une écoute.

Henri Meschonnic[1]

Continuer la lecture de Of rhythm : voice and relation

Quatre chapitres de “Voix et relation” consacrés à Henri Meschonnic

Dans cet ouvrage, l’oeuvre de Henri Meschonnic constitue et le départ avec le chapitre 1  (“Du rythme : de la voix et de la relation”) et l’aboutissement, au sens d’une ouverture vers l’infini des lectures et des recherches, avec les trois derniers chapitres :

  • 12. Biographies. Henri Meschonnic (1) : l’un et l’autre
  • 13. Voyages. Henri Meschonnic (2) : le rythme et le dialogue
  • 14. Commencements. Henri Meschonnic (3) : un je plusieurs

L’ouvrage est en effet la reprise critique élargie de la phrase décisive qu’on peut lire au coeur de Critique du rythme (Verdier, 1982, p. 294) : “La voix est relation.”

Continuer la lecture de Quatre chapitres de “Voix et relation” consacrés à Henri Meschonnic

Style et Situer : Jacob, Meschonnic, Macé

Le style humain

Peut-on choisir un style ou inventer « son » style ? Peut-on posséder le style « en propre » ou « en commun » ? La vieille polémique sur le style recommencera aussi longtemps que les êtres humains vivront parce qu’il est question de la vie même, ou de la « forme de vie », selon l’expression maintes fois répétées par Marielle Macé. Macé rentre dans ce débat et elle considère le style comme « une “relationnalité” neuve », ou « une nouvelle façon d’entrer en rapport avec le monde et avec soi »[1]. Le style est la notion relationnelle, n’est pas la propriété d’un seul homme, ce qui renvoie alors à la vieille formule d’il y a cinquante ans : « Étudier le style d’un écrivain, c’est étudier un univers fermé-ouvert, langage à tous, langage unique. »[2]. À partir de cette phrase Henri Meschonnic commença à écrire le livre Pour la poétique, en empruntant l’idée à la préface de 1916 du Cornet à dés de Max Jacob.

« Style » et « Situé »

Continuer la lecture de Style et Situer : Jacob, Meschonnic, Macé

Lecture, sujet et individuation : commentaire sur Marielle Macé

Pascal Michon écrit dans sa recension du livre Façons de lire, manières d’être (2011), de Marielle Macé : “Meschonnic reste dans ses Enfers”.  L’affirmation est à la suite d’une analyse des différents problèmes de mise en question et en relation des propos étudiés par Macé dans son oeuvre, toujours liés à la notion de rythme qui apparaît assez souvent. Michon affirme aussi que Benveniste est cité en passant et, comme on l’a déjà dit, Meschonnic n’a pas de place dans son livre, même s’ils étaient des penseurs très importants concernant le sujet traité.

Continuer la lecture de Lecture, sujet et individuation : commentaire sur Marielle Macé

Actualités et recherches : relations et résonances