Soutenance de thèse de Shungo Morita : Meschonnic, lecteur



Le 5 décembre 2020, à 14h en ligne (on peut accéder à la soutenance avec ce lien : meet.google.com/pai-uiwp-uue ; merci de fermer vos micro et caméra pour que le jury puisse bien travailler) :

ED 120 LITTÉRATURE FRANÇAISE ET COMPARÉE
UMR 7172 THALIM
THÈSE DE DOCTORAT EN LITTÉRATURE FRANÇAISE ET COMPARÉE

SHUNGO MORITA

MESCHONNIC, LECTEUR La poétique de l’écoute dans les critiques littéraires de Henri Meschonnic (1957-2009)

Thèse dirigée par Serge Martin

Membres du jury :
M. Jean-Louis Chiss, Professeur émérite, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 M. Marko Pajević, Professeur, Université de Tartu (Estonie), rapporteur
M. Serge Martin, Professeur émérite, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
M. James W. Underhill, Professeur, Université de Rouen
Me Vera Viehöver, Professeure, Université de Liège (Belgique), rapporteur
Me Marie Vrinat-Nikolov, Professeure, INALCO

Le 24 mai 2018 à L’IMEC (Caen) lors d’un séjour autour des archives « Henri Meschonnic »: Shungo Morita et son épouse Kasumi, Charlotte Guennoc et Rafael Costa-Mendes. Photo de S. M. 

Résumé de thèse

Cette étude est un examen complet des publications de Henri Meschonnic de 1957 à 2009 (y compris posthumes) pour élucider le principe fondamental de sa poétique comme «écoute de l’écoute », qui se concentre sur l’écoute des conceptualisations poétiques et qui n’a pas été suffisam- ment exploré dans des études précédentes. Cette recherche nous permettra de clarifier les modes de conceptualisation du poète, c’est-à-dire le mécanisme de la pensée produite par la lecture de la poésie.

Notre thèse montrera que la notion d’écoute occupe une place déterminante dans la poé- tique de Meschonnic. Lui, après la publication de son livre Critique du rythme : l’anthropologie historique du langage en 1982, a mis l’accent sur une perspective anthropologique du rythme et il a accru son intérêt pour le geste, la voix, le corps et l’oralité. Dans ces explorations anthropo- logiques, Meschonnic a constamment mis en avant des organes du corps : la bouche et l’oreille. Il a souligné l’oreille par-dessus tout dans la poésie, et a formulé la relation entre lecture-écriture par l’écoute comme une « poétique de l’écoute ». Ce qui est important est que cette formulation a déjà été proposée dans les années 1970, avant ses explorations anthropologiques historiques sur le rythme et le langage. La poétique basée sur l’écoute sera une pensée qui traverse tous ses écrits à partir de 1957 jusqu’à 2009.

Notre étude cherchera à montrer la place qu’occupe la conception d’« écoute de l’écoute » dans la poétique d’Henri Meschonnic. D’après Meschonnic, la notion d’« écoute de l’écoute » se définit par le fait d’« entendre ce qu’on ne sait pas qu’on entend ». L’acte d’écoute appartient à l’ob- servation au sens large du terme. On écoute généralement ce qui est dit afin de saisir son contenu, sa forme et sa teneur. D’une manière plus avancée, on pourrait déduire les émotions, c’est-à-dire les aspects non verbaux de l’interlocuteur selon son ton, ses inflexions, ses pauses, et bien d’autres aspects. Si l’on pratique l’écoute psychanalytique, on pourrait écouter l’inconscient du narrateur. Ou alors, on pourrait écouter sa propre voix. Pour la poétique de Meschonnic, la première écoute se porte sur ce que l’on n’a pas conscience que l’on écoute, et elle est reconnue par la deuxième écoute. Au premier stade de l’écoute, on ne sait même pas si on l’entend ou non. Il s’agit d’un do- maine inconnu. Il y a donc un décalage entre la première et la seconde écoute. La deuxième écoute est celle de l’inconnu. La poétique comme écoute de l’écoute pourrait donc être reformulée comme la poétique comme l’écoute de l’inconnu. Cette expérience d’entendre ce que l’on ne se rend pas compte que l’on écoute peut arriver au lecteur et à l’auteur.

La poétique comme écoute de l’écoute est une théorie qui s’intéresse ipso facto à l’acte de lire, car il s’agit d’une activité dans et par laquelle le lecteur écoute les mots entendus par des poètes ou des écrivains. Lorsque cette poétique sera placée au centre des travaux de Meschonnic, il faudra postuler un point de vue du « lecteur ». C’est exactement la question qui n’a pas été posée dans les études précédentes : comment a-t-il lu les poètes qu’il a lus ?

Si nous explorons la façon dont Meschonnic a commencé à mettre l’accent sur l’écoute, nous en arrivons à ses premiers essais sur la poésie. À partir de l’essai d’André de la Vigne en 1957, il a constamment souligné, dans la lecture-écoute des poèmes de Nerval, Éluard et Hugo, sur la prosodie et le rythme inhérents aux poèmes. Depuis lors, il se consacre à la recherche théorique, à la traduction, à l’enseignement et à la poésie par la pratique de l’écoute des « poèmes » (y compris le texte biblique). Nous prouverons dans cette thèse que la pensée meschonnicienne s’est développée par la lecture-écoute des poètes.

Notre thèse visera à expliquer une activité d’écoute par Meschonnic du point de vue du lec- teur en trois étapes sous l’angle de trois notions-clés dans l’œuvre du poète-essayiste : « prophétie », « silence », et « utopie ». La reconnaissance de « ce qui n’est pas remarqué sur le moment » ou de « ce qui est négligé » occupe une place importante dans la poétique comme écoute de l’écoute. La pre- mière écoute n’est entendue qu’après-coup ; Henri Meschonnic a souvent expliqué ce phénomène par le terme de « prophétie ». Pourquoi passe-t-elle inaperçue et est-elle négligée ? C’est parce que, dans la poésie, ce que l’on écoute en premier est représenté comme « silence » et « blanc ». Lorsque ces éléments invisibles sont mis en lumière par l’écoute, nous verrons un oppresseur qui l’a rendue invisible : le signe comme ordre existant. Le champ de bataille pour réécrire le nouvel ordre contre l’ordre existant sera appelé « utopie » par Meschonnic.

Dans notre thèse, nous démêlerons tout d’abord la poétique comme écoute de l’écoute au- tour de la notion de « prophétie », tandis que la deuxième partie révélera la théorie et la pratique de l’écoute du « silence ». Lorsque cette écoute du silence devient possible, la lutte avec le signe commencera. La troisième partie présentera l’aspect combatif de ce lieu qui n’existe pas encore pour la poétique, c’est-à-dire une « utopie ».

La première partie vise à clarifier l’aspect prophétique de l’acte d’écoute. L’acte d’écouter ce que l’on ne sait pas que l’on écoute vient après la première audition. Ce qui n’est pas encore connu au moment où il est prononcé, ou au moment où il est entendu, cet inconnu est ouvert sur un avenir. C’est pourquoi Meschonnic privilégie l’après-coup. Il dira que l’après-coup est le grand prophète, et il ne sert plus à personne. Il découvrira cette pensée dans les mots des poètes comme ceux de Victor Hugo, « les poètes ont peur de devenir prophètes », ou ceux de Charles Péguy « tout grand poète en est le prophète ».

Dans le premier chapitre, nous soulignerons qu’une confluence des mots écrits par des poètes et des notions linguistiques comme énonciation, discours et «shifter» lui permet d’élaborer ce concept de prophétie. La prophétie sera théorisée non pas en termes d’idées théologiques, mais lin- guistiques représentées par l’énonciation et le discours de Benveniste. Lorsque Meschonnic exa- mine le rapport entre la subjectivité et la collectivité dans la notion d’énonciation, il adopte le concept de prophétie en se référant aux poètes.

Après avoir constaté une interaction des références à Victor Hugo et à Émile Benveniste dans les textes de Meschonnic jusqu’aux années 1970, nous observerons dans le deuxième chapitre que la rencontre entre la linguistique et la pensée des poètes pourrait remonter à son essai sur Gérard de Nerval de 1958. Il s’agit ici du jumelage entre philosophie et poétique : Meschonnic donne son propre sens à la notion linguistique d’opérateur de glissement (« shifter ») en y incorporant la notion poétique d’« oracle » et de « parabole », qui opèrent des variations sur la notion de prophétie.

Au troisième chapitre, nous verrons le développement ultérieur de ce concept prophétique jusqu’à ses dernières années. Meschonnic, surtout à partir des années 1990, s’intéresse à la « force » que la notion de prophétie a sur l’avenir en relation avec l’« energeia » de Humboldt. Nous exami- nerons comment la lecture que fait Meschonnic de la notion de « prophétie » chez des poètes tels que Charles Péguy, Percy Bysshe Shelley, Ossip Mandelstam, Alexandre Blok et Eugène Guillevic, a donné consistance à sa poétique.

Si l’on replace la poétique de Meschonnic dans la perspective de l’écoute, la notion de pro- phétie la conduirait vers celle d’Aristote définie comme « ce qui n’a pas de nom jusqu’aujourd’hui » (anônumos tugkhanei ousa mekhri tou nûn, Poétique, 47 b 9). La poétique continuera de travailler sur un objet qui n’a pas de nom jusqu’à ce que l’avenir reçoive le nom dans l’objet, c’est-à-dire, jusqu’à ce que l’inconnu dans l’objet soit entendu comme le connu. Pour Meschonnic, la prophétie n’est ni la prédiction qui prédit l’avenir ni les mots reçus de Dieu. Le prophète, selon les mots de Shelley, est un « législateur » qui crée un nouvel ordre dans l’avenir et cet ordre émerge de l’incon- nu.

Comment procède-t-on alors exactement à l’écoute de l’inconnu ? Tel est le sujet que nous aborderons dans la deuxième partie. Nous examinerons sous des angles divers un des modes de l’inconnu dans la poésie : le silence. La notion d’inconnu chez Meschonnic est ce qui apparaît comme un silence dans une représentation de la voix, à savoir une œuvre poétique. Dans cette partie, nous révélerons un état de « l’écoute du silence » qui est fondamental dans la poétique de l’inconnu de Meschonnic pour révéler la place qu’occupe la notion de silence dans sa théorie. Ce qui sera observé ici, ce sont trois perspectives importantes du « silence » qui permettent de relever des points de détail négligés et oubliés dans des lectures ordinaires : le geste dans le texte ; le sujet de la lecture (lecteur); l’élément du poème plus petit qu’un mot comme la consonne, la lettre, la ponctuation. Le poète a continué à écouter ces subtilités dans ses essais autour de Mallarmé, Celan, Claudel et d’autres. Il a rejeté les lecteurs qui ne peuvent pas les entendre comme étant des «sourds». Cet effacement des éléments qui doivent être entendus serait particulièrement un problème dans la traduction, mais il en va de même pour la lecture du poème.

Dans le quatrième chapitre, nous montrerons que Meschonnic cherchait à écouter la voix silencieuse dans la poésie de Mallarmé. La critique radicale de Meschonnic contre ses contempo- rains post-mallarméens était due à l’importance décisive qu’il accordait à la pratique d’écoute de la «voix» de Mallarmé que beaucoup n’avaient pas faite. Vu sous cet angle, notre intérêt porte moins sur la justesse de sa critique que sur l’acte d’écouter la voix qu’il essayait d’entendre. Com- ment a-t-il tenté d’entendre la voix du poème de Mallarmé ? Pour répondre à cette question, nous relirons son argumentation sur Mallarmé. Ce qui ressort de cette relecture, c’est que la voix dans la poésie de Mallarmé se manifeste par l’intermédiaire du geste comme silence. Autrement dit, le lecteur Meschonnic n’essaie pas d’écouter la voix physique du poète, mais le « corps-langage » qui se produit entre le sujet de l’énonciation et le sujet de la lecture. Dans sa lecture elle-même, en reprenant l’énonciation triviale du « oui » de Mallarmé, Meschonnic écoute les gestes que le « je » fait quand il parle au « tu », et de là, il tire le dialogue qui naît de la relation du « je-tu ».

Le cinquième chapitre visera à faire ressortir les éléments que Meschonnic a voulu mettre en avant dans la poésie de Celan. Nous chercherons à montrer que Meschonnic a mis au jour une série d’images (silence, langage, eau, errance) à l’œuvre dans les poèmes de Paul Celan en mettant de côté la controverse sur la traduction d’André du Bouchet, car notre tentative s’attachera à lire la critique de Meschonnic comme une « défense de la poésie » plutôt que comme une « attaque contre la traduction », comme l’ont fait de nombreuses études. Nous verrons ainsi que Meschonnic a tenté de défendre la manière dont il voulait lire Celan. Cette conception repose sur le fait qu’il a eu une impression personnelle du poète Paul Celan.

Le sixième chapitre traitera un des aspects du silence, à savoir, le blanc comme typographie qui occupe une place importante dans la poétique de Meschonnic notamment par rapport au blanc de sa traduction biblique qui désigne des accents rythmiques hébreux, mais il est également utilisé dans certaines œuvres poétiques. En approfondissant les réflexions de Meschonnic sur le blanc dans le texte, on peut constater qu’il a construit sa théorie en prenant appui sur les pensées des poètes modernistes comme Ezra Pound, Apollinaire et Reverdy mais aussi les Cent phrases pour éventails de Paul Claudel qui a été une source d’inspiration majeure pour sa théorie du blanc de Meschonnic. Toutefois, il n’imitait pas le blanc claudélien, mais il l’a pris comme point de départ, et a finalement établi sa propre théorie du blanc appelée « poétique du minimal » : il a incorporé le blanc dans l’un des plus petits éléments du langage en le considérant non pas comme une disposition visuelle dans le texte, mais en relation avec le langage. Lorsque sa théorie du blanc sera lue à la lumière de la lecture de Claudel, apparaîtra un nouveau sujet d’intérêt pour des éléments minimaux comme le cri, la consonne, la lettre, la ponctuation et d’autres.

Entendre ce que l’on n’entend pas sera possible dans la mesure où l’on maintient la conti- nuité du corps et du langage. Même si les éléments dans le texte sont difficiles à remarquer, on peut les retrouver par une observation détaillée du corps dans le langage, à savoir des gestes in- conscients du langage. Plutôt que de rétablir la « réalité » du texte, il importe plutôt d’inventer une relation dialogique vivante entre le texte et le lecteur. La poétique de Meschonnic enseignera qu’en vivant avec le texte, ces éléments invisibles qui ne sont pas immédiatement apparents se révèlent progressivement.

La troisième partie traitera de la notion d’« utopie ». Si la notion de prophétie dans la pre- mière partie, « ce qui n’a pas de nom jusqu’aujourd’hui », engageait une réflexion sur le temps, et si celle de silence dans la seconde s’attachait aux traits physiques, corporels, et phonétiques des œuvres, cette dernière partie portera sur la notion d’espace, c’est-à-dire sur un topos. L’utopie qui se définit comme quelque part ailleurs qu’ici engagera inévitablement un déni de l’ici, le refus d’une adaptation au statu quo d’un ici. La pensée contre la conception conventionnelle produira donc un conflit. L’utopie n’est donc pas un songe idyllique, mais une lutte contre le maintien de l’ordre. De ce point de vue, l’utopie prend un caractère politique. Cette partie peut donc révéler un aspect politique et éthique dans l’activité critique de Meschonnic. L’analyse du concept d’utopie nous permettra de bien comprendre son argument « critique », qui n’est ni du genre « polémique », ni une attaque envers l’adversaire, ni une réaction de peur de l’inconnu. Il s’agit de sa propre dé- fense de la poésie, à savoir un acte qui consiste à essayer d’empêcher que quoi que ce soit empêché l’écoute du poème.

Dans le septième chapitre, nous clarifierons la notion d’utopie de Meschonnic par rapport à celle de «modernité». Nous tirerons de cette notion un caractère de «révolte». L’acte de rester à contre-courant serait une condition de la création d’une utopie, mais celle-ci apparaît comme désagréable pour ceux qui ignorent la « petite vie ». La résistance contre ceux qui appartiennent à la majorité, selon Meschonnic, est un acte intempestif pour ses membres. Vu sous cet angle, l’utopie est inévitablement « mal-aimée ».

Le huitième chapitre examinera le fonctionnement de cette utopie en tant que résistance. Il en ressort que l’utopie est un lieu de conflit entre deux types de violence : le signe et le poème, pour reprendre un titre de notre auteur. Dans la théorie poétique de Meschonnic, la notion d’utopie a beaucoup en commun avec celle de prophétie étant donné qu’elles créent ce qui n’est pas encore là, à savoir l’avenir du présent. Toutefois, ce qui distingue la notion d’utopie de celle de prophétie est qu’un caractère combatif est attribué à la première. Certes, Meschonnic dirait — et cela se remarque particulièrement dans ses écrits d’après 2000 — que la prophétie et l’utopie constituent le même concept résistant. Mais, c’est toujours dans le contexte où il parle d’utopie qu’une telle identification est faite ; la prophétie la rejoint après cela.

Le neuvième chapitre viendra clarifier la théorie du refus qui se construit dans et par la lecture des poètes par Meschonnic. Nous accorderons d’abord une place importante à la pureté d’Éluard et nous y mettrons en lumière une association entre trois notions acquises par la lecture du poète : pureté, révolte, utopie. Ce refus d’Éluard est également lié à l’esprit dadaïste d’un Tristan Tzara, et peut être observé chez d’autres poètes également. Nous reprendrons les essais de Mes- chonnic sur le poète Adonis pour reprendre cette théorie du refus d’un autre point de vue. Dans le cas d’Éluard et dans celui d’Adonis, on identifie clairement une opposition entre le poème et le signe. Le poème s’opposerait au monde tel qu’il est ou à la tradition. En effet, la poésie par l’activité du poème chercherait à créer un nouvel ordre en opposition à l’ordre existant. La métho- dologie de cette invention d’ordre diffère pour chaque poète : cela dépend du mode d’être du poète, c’est-à-dire de sa forme de vie.

Après avoir examiné tous les essais ci-dessus sur des poètes, nous aborderons dans la conclusion l’importance du point de vue du «lecteur» pour la poétique de Meschonnic par rapport à d’autres perspectives comme celle de critique, linguiste, traducteur, poète, et enseignant. Notre hypothèse de travail est donc que cette mise en perspective à partir de l’activité du lecteur permettra de reconsidérer à nouveaux frais la poétique d’ensemble élaborée au fil de son parcours par Meschonnic.

Présentation de thèse par Shungo MORITA

1. Remerciements

Je tiens tout d’abord à remercier les membres du jury pour leur présence, pour leur lecture attentive de ma thèse ainsi que pour les remarques qu’ils m’adresseront lors de cette soutenance afin d’améliorer mon travail. Je remercie donc le Professeur Jean-Louis Chiss de la Sorbonne nouvelle, qui préside ce jury ainsi que le Professeur Serge Martin, mon directeur de thèse, pour m’avoir accompagné et soutenu tout au long de ce doctorat. Je remercie le professeur Marko Pajević de l’Université de Tartu en Estonie et la professeure Vera Viehöver de l’Université de Liège en Belgique qui ont rédigé un rapport permettant cette soutenance. Je remercie également le professeur James Underhill de l’Université de Rouen et la professeure Marie Vrinat-Nikolov de l’Inalco pour avoir accepté de participer au jury.

2. Sujet de thèse

Pour le dire rapidement, ma thèse vise à mettre en avant la valeur de la notion d’écoute, qui est à la base de la poétique d’Henri Meschonnic. J’ai examiné cette notion à travers ses critiques littéraires concernant des poètes, des écrivains et des artistes, et révélé que l’écoute représente un des modes de lecture meschonnicien qui tentent de reconnaître l’inconnu. L’inconnu désigne que ce qui n’est pas encore connu demeure potentiellement dans une relation entre le sujet du texte et le sujet de la lecture. Plus précisément, la lecture de Meschonnic ne se contente ni de recevoir ce que le texte dit en apparence, ni d’interpréter arbitrairement ce que le lecteur veut lire, mais elle gardera une relation continue entre le lecteur et le texte. En conséquence, sa méthodologie poétique consiste à rendre l’œuvre plus vivante par l’intermédiaire de l’écoute du sujet du poème.

Dans ce contexte, Meschonnic promeut un esprit d’exploration de l’inconnu en entendant ce que l’on n’a pas encore entendu. J’ai présenté ce mode d’écoute comme la force motrice établissant sa propre poétique et j’ai tenté de l’expliquer sous trois angles : l’écoute prophétique visant à écouter ce qui n’a pas encore été entendu, qui a été ouverte sur l’avenir ; l’écoute du silence essayant d’écouter la voix qui reste non entendue ; et l’écoute des voix qui ont été exclues de la société conformiste.

Les conclusions de la réflexion de ma thèse sont non seulement une réaffirmation de son travail de critique interrogeant ce que la société ne réalise pas à sa juste valeur, mais ont également ouvert la question globale de savoir quelles devraient être nos attitudes éthiques à l’égard de la poésie, ou des discours apparemment obscurs.

Or, cette étude pourrait ouvrir une autre voie de recherche. Elle est la première à suivre l’ensemble de l’œuvre de Meschonnic à partir de 1956 jusqu’à son décès en 2009, y compris ses textes posthumes. L’affirmation de ma thèse sur la place importante de l’écoute dans la poétique de Meschonnic est étayée par un corpus de plus de 800 articles que j’ai collectés. Ce corpus a permis d’approfondir la compréhension de l’organisation de sa poétique, mais avec une bibliographie de 70 pages, une catégorisation chronologique de ses essais portant sur des poètes et des écrivains, ce travail se positionnera finalement aussi comme une première étude d’ensemble d’Henri Meschonnic.

Ma thèse, dont je changerai certainement le titre pour publication et que j’intitulerai plutôt ainsi : « Henri Meschonnic, lecteur : la poétique de l’écoute dans ses critiques littéraires de 1957 à 2009 », explore son univers poétique en se basant sur ses critiques littéraires autour des poètes. Elle constitue un aboutissement des recherches que je poursuis depuis mon Master travaillant sur la force motrice de la poétique d’Henri Meschonnic.

3. Itinéraire

Pour moi, mes recherches sur la nature de sa poétique commencent avec son travail sur la traduction, mais je me suis progressivement intéressé à la recherche d’une activité poétique sous-jacente, celle de la lecture-écriture dans l’acte de traduction. En 2011, j’avais suivi l’étude de la théorie de la traduction et de la pensée linguistique dans le cadre du Master en Théorie des Langues de l’université de Tokyo après avoir terminé un mémoire de licence qui portait sur une étude comparative des traductions d’Edgar Allan Poe par Baudelaire et Mallarmé sur la base des théories de la traduction. Ma première rencontre avec Henri Meschonnic a eu lieu la même année, sous la forme d’un livre intitulé Poétique du traduire dans une bibliothèque universitaire japonaise.

Sa théorie de la traduction avait une perspective tout à fait différente de celle de la traductologie que j’avais étudiée. Je pensais que sa pensée de la traduction devait être élucidée tout au long de sa poétique, et dans mon mémoire de maîtrise, j’ai cherché à étudier sa poétique par contraste avec quelques théories de traduction dans la traductologie. J’y ai trouvé un passage de son ouvrage de 1972 où il déclare que « La poétique est l’écoute de l’écoute », mais le cadre de mon étude se limitait à ses écrits de Pour la poétique en 1970, jusqu’à Critique du rythme en 1982. Ma compréhension de cette théorie de l’écoute, qui se développera en réalité au cours des années 1990, était très restreinte.

Ainsi, dans ma thèse de doctorat, j’ai voulu comprendre ce passage énigmatique de la définition de la poétique, et saisir sa poétique dans son ensemble. Au départ, je pensais que ma thèse de doctorat ne porterait que sur les livres majeurs de Pour la poétique en 1970, jusqu’à Éthique et politique du traduire en 2007 comme d’autres études existantes. Cependant, en poursuivant ma recherche de documentation, je me suis rendu compte qu’il existait un grand nombre d’articles qui n’étaient pas inclus dans les recueils. Beaucoup d’entre eux ont paru dans des revues épuisées, difficiles à trouver au Japon, ce qui a limité la recherche documentaire. Une grande partie de ce qui a été publié dans les revues consistait en des essais sur des poètes. Cela n’aurait pas représenté un problème s’ils étaient sans importance et insignifiants pour Meschonnic, mais beaucoup des essais trouvés fournissent des indices cruciaux pour réfléchir à sa poétique. D’ailleurs, d’après Régine Blaig-Meschonnic, il avait l’intention de les inclure dans un livre intitulé Rythmes irréversibles dont on peut espérer un jour la publication.

Comme je l’ai indiqué dans ma bibliographie, Meschonnic a laissé beaucoup d’essais sur des poètes. J’étais très surpris car les études existantes sur Meschonnic ne présentaient pas encore cette perspective du « poète-lecteur », même s’il existait des images meschonniciennes comme théoricien de la traduction, poète, enseignant, linguiste, et penseur philosophique. Néanmoins, sa figure de critique littéraire était peu envisagée. Mais pour lui, l’acte de lire la poésie était profondément lié à l’acte d’écouter celle-ci, une perspective essentielle dans l’étude de la poétique autour de l’écoute.

En 2015, j’ai décidé de me rendre en France afin de demander conseil au professeur Serge Martin, qui a déjà suggéré l’importance de la perspective de Meschonnic en tant que critique littéraire, et qui a écrit un certain nombre d’essais sur des poètes contemporains. J’ai décidé d’effectuer des recherches sous sa direction. Son étude de la voix est précisément inséparable du problème de l’écoute.

Finalement, mon étude de l’écoute a été promue comme une extension de sa poétique de la voix. Mes recherches ont été fortement facilitées par mon voyage d’études à Paris en 2015. Dans le même temps, j’ai assisté aux séminaires de l’axe Écriture des modernités de THALIM, à l’université Paris 3, et suivi un cours de poésie et de littérature contemporaines, ce qui m’a permis d’approfondir ma méthodologie sur la théorie littéraire ainsi que ma compréhension des contemporains de Meschonnic. En outre, la participation aux séminaires et colloques organisés par Serge Martin et ses doctorants a indirectement alimenté mes réflexions sur la notion d’expérience et de réénonciation.

J’ai également effectué des progrès dans ma documentation bibliographique, par rapport au Japon. En collaboration avec un collègue, Takanari Kudo, j’ai été en mesure de collecter efficacement davantage de références, en m’appuyant sur la bibliothèque de l’Université de Paris et la BnF. J’ai trouvé plus de 800 documents de Meschonnic en demandant des copies de documents commandés dans des bibliothèques du monde entier. En outre, avec l’aide de Serge Martin, j’ai aussi mené un projet d’enquête à l’IMEC. J’ai également recueilli des documents inédits, notamment les actes du Forum des langues du monde, à Toulouse, et un entretien de Meschonnic réalisé dans le Journal de Saint-Denis. Ce corpus, représentant plus de 80 % de l’ensemble de tous ses écrits et couvrant la quasi-totalité de ses discussions et entretiens sur des poètes, m’a permis de mieux préciser la définition de la poétique comme « l’écoute de l’écoute » que j’ai rencontrée dans mon mémoire de master. La construction du corpus complet se poursuivra et permettra de contribuer grandement à la publication future d’un recueil des œuvres de Meschonnic.

4. Méthode de recherche

À partir de ces importants corpus, mes recherches sur la poétique de l’écoute se sont approfondies. Mon étude partait d’abord de la définition de la poétique, « La poétique est l’écoute de l’écoute », donnée par Meschonnic dans les années 70, en traçant un chemin vers « entendre ce qu’on ne sait pas que l’on entend », reformulé depuis les années 90.

Pour analyser sa poétique dans son ensemble sous l’angle de cette écoute, j’ai adopté une approche de relecture des essais de Meschonnic autour des poètes, car il ne suffisait pas de lire ses réflexions théoriques pour comprendre la notion d’écoute, il était également nécessaire d’étudier sa manière spécifique de lire la poésie qu’il a exercée en pratique. Sa façon de lire est en grande partie responsable de la formation de sa théorie. Son analyse des rythmes en est un excellent exemple. Avec cette analyse rythmique, Meschonnic a pu remarquer des éléments que beaucoup de lecteurs ont ignorés. J’ai démontré dans cette thèse que ses essais sur des poètes ont été largement cités comme étant pertinents dans les domaines d’études de poètes en question, comme par exemple son étude sur Nerval, en raison de sa manière particulière de lire la poésie.

Devant ce constat, je me suis demandé si l’importance d’une perspective méthodique dans les études de Meschonnic pouvait prouver que sa lecture des poètes renforçait son intérêt pour l’écoute, et pas seulement parce qu’elle complétait largement sa bibliographie. J’ai supposé que le fondement de sa théorie de l’écoute était une activité de lecture de la poésie, et en prenant comme point de départ « Meschonnic comme lecteur », j’ai révélé le processus de théorisation de son travail de l’écoute.

Ce qui précède peut expliquer pourquoi j’ai choisi de considérer d’abord la lecture de la poésie par Meschonnic : mon étude se concentre sur la perspective d’écoute de la façon dont Meschonnic a

« entendu » l’œuvre plutôt que sur celle dont il l’a « interprétée ». Autrement dit, sa lecture ne consiste pas nécessairement à comprendre le sens des mots, de l’énoncé, mais plutôt à porter son attention sur l’élément rythmique comme signifiant, la voix non phénoménale, et la partie du poème qui manque à d’autres lecteurs.

C’est davantage qu’une simple analyse métrique du poème, car Meschonnic cherche à libérer la poésie du seul domaine linguistique et stylistique et à la remplacer par un espace de discours dialogique dans lequel le sujet du poème peut être entendu. Dans un article consacré à la poétique dans l’encyclopédie philosophique universelle, Meschonnic affirme que la poétique ne consiste pas à écouter que ce qui est dit, mais le sujet, tout en citant la phrase du poète syrien Adonis. Je cite un extrait : « Quand j’entends la parole tel un chant, je n’entends pas que les lettres, j’entends l’être qui la profère ». Fin de citation. Ce qui est important de noter, c’est que sa théorie de l’écoute s’est construite en référence aux pensées du poète, si l’on exclut les découvertes antérieures du sens du langage de Humboldt.

En examinant l’écoute dans la poétique de Meschonnic, j’ai fait une distinction évidente entre la lecture et l’écoute. Il est vrai que dans les années 70, Meschonnic avait mis un trait d’union au terme « lecture-écoute », il considérait les deux mots plus ou moins comme une seule et même chose. Il n’existait donc pas de différence significative entre écoute et lecture à cette époque. Cependant, lorsqu’il a entrepris d’examiner la relation entre le rythme et la voix, en 1982, son intérêt pour l’écoute s’est intensifié, sous la forme d’une écoute des voix. Lorsqu’il s’est penché sur la question de l’écoute, il s’est préoccupé de l’incertitude et donc de l’inconnu que l’acte de l’écoute implique nécessairement.

L’écoute est perçue par l’organe physique de l’oreille, mais c’est un acte plus instable et plus incertain que l’acte de lecture, qui est principalement visuel. L’écoute représente un domaine inconscient plus large que l’acte de lecture, et est remplie de choses dont on n’a pas conscience. Selon les termes de Jürgen Trabant, qui s’appuie sur Herder, l’écoute se situe juste à la bonne place entre la vue et le toucher, pas aussi lucide que la vue, pas aussi ambiguë que le toucher ; il en va de même pour le terrain d’écoute chez Meschonnic.

C’est pourquoi, lorsque Henri Meschonnic paraphrase la phrase de Merleau-Ponty « Voir c’est toujours voir plus qu’on ne voit » pour dire « entendre c’est toujours entendre plus qu’on ne sait qu’on entend », dans un article de 1997 intitulé « Le théâtre dans la voix », cela signifie plus qu’une simple paraphrase d’un mot. « Entendre ce qu’on ne sait pas que l’on entend », c’était le point d’arrivée de sa poétique de l’écoute, à partir des années 70.

Ce qui est révélé après la quête de sa poétique de l’écoute, c’est que cette théorie était inachevée. Il va sans dire, bien sûr, que pour lui, toutes les théories sont inachevées. Cependant, compte tenu de l’incorporation de la théorie de l’« acroamatique » que Trabant et Patrick Quillier ont promue dans leurs travaux, et de nombreuses références à l’écoute au cours de ses dernières années, sa notion d’écoute pourrait être une conception importante pour sa poétique autant que celle de rythme.

La caractéristique de l’écoute peut également être expliquée sous un autre angle. L’écoute, plus que la lecture, est davantage liée à l’aspect dialogique. En partant d’une écoute par un poète, une synthèse du langage se produit lorsque l’autre lecteur écoute la voix dans le poème tel qu’il a été écrit par le poète. Il ne s’agit pas d’une simple relation d’influence entre l’auteur et le lecteur, mais plutôt d’une relation des voix. La voix dans le sujet du poème continue à flotter d’une façon prophétique, dans un état silencieux et parfois, sa voix est réprimée : j’ai présenté ces traits en trois parties de ma thèse.

J’ai montré dans la première partie que Meschonnic a trouvé cette caractéristique de la prophétie d’une telle écoute à travers ses lectures de Hugo, Nerval, Blok et d’autres. Dans la deuxième partie, j’ai observé la manière d’écoute de Meschonnic des voix prononcées à partir des détails du texte à travers les lectures de Mallarmé, Celan et Claudel. La troisième partie s’est concentrée sur « la petite vie » des voix qui n’ont pas été entendues par la société. Cette défense de la « petite vie » est révélatrice de l’attitude éthique propre à Meschonnic. Le fait d’entendre des voix qui n’ont pas été entendues en raison du manque de compréhension de la société est directement lié à la lutte contre la convention conformiste de la société. Ce point de vue d’écoute expliquera ainsi comment la poétique de Meschonnic est indissociable de son éthique et de sa politique.

5. Conclusion

Tout au long de ces recherches, j’ai fait valoir que Meschonnic écoutait des voix de poème en tant que défenseur de la poésie. La poétique, comme écoute de l’écoute, était pour lui une défense de la poésie. C’est une autre conclusion de ma thèse. Plus précisément, il était un défenseur du langage dans la poésie. Le discours des poètes ne consiste pas uniquement à élaborer des mots d’or ou des aphorismes. C’est seulement quand le lecteur écoute des poèmes qui impliquent des éléments rythmiques souvent contradictoires et incompréhensibles qu’un dialogue vivant émerge du langage solitaire.

Pourquoi devrait-on défendre la poésie ? Pourquoi devrait-on relire l’œuvre de Meschonnic ? La réponse à ces questions pourrait être la suivante. Il s’agit de savoir quel effet aura sur l’avenir notre attitude éthique consistant à essayer d’ignorer ce que l’on ne sait pas que l’on entend. Nous devrions ainsi nous efforcer d’écouter non seulement des poèmes, mais tout ce dont l’humanité parle. Sur ce point, la poétique de Meschonnic nous montre que la lecture commence par l’action d’« écouter » le langage, puis de le « réénoncer » avec la voix. Ma thèse est également la continuation d’une voix, et j’espère que cette voix continuera dans la discussion.


Une réflexion sur « Soutenance de thèse de Shungo Morita : Meschonnic, lecteur »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.