Archives de catégorie : Les notions d’Henri Meschonnic

Zum Rhythmuskonzept von Henri Meschonnic in Sprache und Translation

Un bel ensemble dirigé par Nathalie Mälzer et Marco Agnetta issu du colloque d’Hildesheim d’octobre 2019. 418 pages de lecture dense et passionnante en allemand et en français : bravo aux éditeurs pour ce travail remarquable ! On peut y lire, entre autres, les contributions de Rafael Costa Mendes (“Ezra Pond, Henri Meschonnic : traduire le rythme”), de Takuma Ito (“le rythme et la syntaxe chez Henri Meschonnic et Tristan Tzara”), de Shungo Morita (“Henri Meschonnic et les langues étrangères”) et de Eduardo Uribe Flores (“traduire Meschonnic, pour un rapport critique à la traduction”).  La communication de Serge Martin est publiée en allemand traduite par Vera Viehöver, laquelle donne un article important sur Meschonnic et Ingeborg Bachmann (“La voix d’un suicide retenue – Henri Meschonnic liest Ingeborg Bachmann”) – on peut lire celle de SM en français ici : https://ver.hypotheses.org/3345 .

 

 

 

 

 

 

 

https://www.morawa.at/detail/ISBN-9783487158518/HerausgegebenAgnetta-Marco/Zum-Rhythmuskonzept-von-Henri-Meschonnic-in-Sprache-und-Translation#r224428-0-228193:233816:145672

L’Orient en double : Adonis vu par Henri Meschonnic

1.      Adonis et Meschonnic : lecteur d’un poète

Henri Meschonnic nous a légué plusieurs articles sur des poètes, pour la plupart publiés dans des revues ou des journaux, bien que ses recueils présentent également des chapitres dédiés à la poésie, comme Pour la poétique I-V (1970-1978), Critique du rythme (1982), La Rime et la vie (1990) et Hugo, la poésie contre le maintien de l’ordre (2002), mentionnant Hugo, Nerval, Apollinaire, Éluard, Saint-John Perse, Michaux, etc. Ainsi, depuis son premier article, paru en 1957, le théoricien n’a cessé de lire et d’analyser des poètes non seulement français, mais aussi étrangers. Nous pouvons par exemple citer Adonis, poète contemporain en arabe, qui a été étudié par Meschonnic dans ses articles de critique littéraire. Ce vaste éventail nous suggérerait que sa poétique ne peut pas se séparer de sa pratique de lecture des poèmes. En effet, il accordait lui-même une grande importance à la lecture : « Il faut d’abord apprendre à lire avant d’apprendre à écrire[1] ».

 

Continuer la lecture de L’Orient en double : Adonis vu par Henri Meschonnic

La pensée déductive et le sujet du poème : l’essai comme système

« On entend sans savoir qu’on l’entend », comme le dit souvent Meschonnic, on ne peut toujours pas décrire tout ce qu’on comprend complètement. Il se trouvera après coup ou ne se trouvera jamais. En ce moment, il est incertain, voilé, et incomplètement. Lorsqu’on s’efforce de l’écrire du mieux qu’on peut, l’écriture sera devenue vague. Il n’y a pas d’écriture parfaite, au sens d’achevée. En revanche, l’essai comme genre littéraire ne requiert pas de cette complétude, parce que c’est toujours « inachèvement », à ce que disait Sophie Feller1. Bien sûr, l’inachèvement ne veut pas dire qu’il nous permette d’écrire l’essai d’une façon à ce qu’on ne comprenne rien. Par définition, l’essai est toujours dans le passage vers le « comprendre » ou l’« entendre ».

Continuer la lecture de La pensée déductive et le sujet du poème : l’essai comme système

Écouter ce qui reste de la voix-poème : Note sur “Voix et relation” de S. Martin (Marie Delarbre, 2017)

La question de la relation est toujours critique. Quand est publié L’amour en fragments. Poétique de la relation critique (Université d’Artois, 2004), Henri Meschonnic a qualifié Serge Martin de celui qui « a de l’oreille » pour écouter « la mondialisation du dualisme et de l’éclectisme[1] ». Et on voit que son oreille reste fine dans son dernier livre, Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre, 2017). Comme la notion d’amour y jouait un rôle majeur pour préserver le poème du dualisme régnant de la Raison, les deux notions de voix et de relation forgées par ce livre dissipent aussi cette opposition traditionnelle. Et il n’y a pas que ça : ce livre explore notre domaine de recherche qui s’attache au corps, théâtre, voix, écoute, geste et bien sûr au poème et au langage. On peut dire que ce livre « se rattache à tout », sans exagération hyperbolique.

Continuer la lecture de Écouter ce qui reste de la voix-poème : Note sur “Voix et relation” de S. Martin (Marie Delarbre, 2017)

Of rhythm : voice and relation

(ci-dessous ma communication au symposium Meschonnic à Londres le 22 septembre 2017. Un grand merci à R. Costa Mendes pour sa traduction vers l’anglais. S.M.)

Translated by Rafael Costa Mendes

 

Seul le poème peut nous mettre en voix, nous faire

passer de voix en voix, faire de nous une écoute.

Henri Meschonnic[1]

Continuer la lecture de Of rhythm : voice and relation

Style et Situer : Jacob, Meschonnic, Macé

Le style humain

Peut-on choisir un style ou inventer « son » style ? Peut-on posséder le style « en propre » ou « en commun » ? La vieille polémique sur le style recommencera aussi longtemps que les êtres humains vivront parce qu’il est question de la vie même, ou de la « forme de vie », selon l’expression maintes fois répétées par Marielle Macé. Macé rentre dans ce débat et elle considère le style comme « une “relationnalité” neuve », ou « une nouvelle façon d’entrer en rapport avec le monde et avec soi »[1]. Le style est la notion relationnelle, n’est pas la propriété d’un seul homme, ce qui renvoie alors à la vieille formule d’il y a cinquante ans : « Étudier le style d’un écrivain, c’est étudier un univers fermé-ouvert, langage à tous, langage unique. »[2]. À partir de cette phrase Henri Meschonnic commença à écrire le livre Pour la poétique, en empruntant l’idée à la préface de 1916 du Cornet à dés de Max Jacob.

« Style » et « Situé »

Continuer la lecture de Style et Situer : Jacob, Meschonnic, Macé

Lecture, sujet et individuation : commentaire sur Marielle Macé

Pascal Michon écrit dans sa recension du livre Façons de lire, manières d’être (2011), de Marielle Macé : “Meschonnic reste dans ses Enfers”.  L’affirmation est à la suite d’une analyse des différents problèmes de mise en question et en relation des propos étudiés par Macé dans son oeuvre, toujours liés à la notion de rythme qui apparaît assez souvent. Michon affirme aussi que Benveniste est cité en passant et, comme on l’a déjà dit, Meschonnic n’a pas de place dans son livre, même s’ils étaient des penseurs très importants concernant le sujet traité.

Continuer la lecture de Lecture, sujet et individuation : commentaire sur Marielle Macé

Formes de langage et formes de vie chez Wittgenstein et Meschonnic

A. La  notion de « forme » chez Wittgenstein

Il y a cinq occurrences de « formes de vie » chez Ludwig Wittgenstein dans les Investigations philosophiques (1945), trad. par Pierre Klossowski, Paris, Gallimard, « Tel », 1990. Les voici :

Première partie :

§ 19. — On peut aisément se représenter un langage qui ne consisterait qu’en ordres et en communiqués durant la bataille […] — Et se représenter un langage, signifie se représenter une forme de vie.

Continuer la lecture de Formes de langage et formes de vie chez Wittgenstein et Meschonnic

Réinventer le rythme : un numéro de revue de l’université de Liège

Le n° 7 (“Réinventer le rythme / Den Rhythmus peu denken”) de la revue Interval(le)s, de l’Université de Liège, 2015 publie, entre autres, trois excellents articles :

Vera Viehöver: „Lire le rythme“. Henri Meschonnics Theorie und Praxis des Lesens. In: Interval(le)s No 7 (2015): Réinventer le rythme / Den Rhythmus neu denken. Sous la direction de Vera Viehöver et Bruno Dupont, S. 40-61. URL: http://labos.ulg.ac.be/cipa/wp-content/uploads/sites/22/2015/07/viehoever.pdf

Hans Lösener: Der Rhythmus und die Fallen des Zeichens. Warum der Literaturunter- richt eine Anthropologie der Sprache braucht. In: Interval(le)s No 7 (2015): Réinventer le rythme / Den Rhythmus neu denken. Sous la direction de Vera Viehöver et Bruno Dupont, S. 1-22. URL: http://labos.ulg.ac.be/cipa/wp-content/uploads/sites/22/2015/07/loesener.pdf

Béatrice Costa: Die „Thesen“ der vergleichenden Stilistik und die Rhythmus-Theorie Henri Meschonnics: ein ungleiches Gespann? In: Interval(le)s No 7 (2015): Réinventer le rythme / Den Rhythmus neu denken. Sous la direction de Vera Viehöver et Bruno Du- pont, S. 23-39. URL: http://labos.ulg.ac.be/cipa/wp-content/uploads/sites/22/2015/07/costa.pdf

Toute la revue à cette adresse : http://labos.ulg.ac.be/cipa/n-7-reinventer-le-rythme-den-rhythmus-neu-denken/

avec l’introduction de Vera Viehöver en français  ici: http://labos.ulg.ac.be/cipa/wp-content/uploads/sites/22/2015/07/viehoever_introduction.pdf

De Sprache à l’effacement de la Rede dans Le Langage Heidegger de Henri Meschonnic

Le Langage HeideggerJe développerai ma réflexion sur les notions de Sprache et Rede dans le livre Le Langage Heidegger[1], de Henri Meschonnic. Le chapitre « La langue qui parle »[2] sera central dans cette étude, compte tenu de la fine analyse faite par Meschonnic sur la question de la langue (Sprache) et les démarches qui y sont impliquées à travers un langage et un effet Heidegger. Je commencerai donc par situer l’importance de la notion de sens et comment elle y apparaît. Cela m’entraînera aussi à me pencher sur les notions de forme et sens à l’aide de l’article d’Émile Benveniste, « La forme et le sens dans le langage[3] », issu d’une conférence faite à Génève, en 1966, dans un congrès de la Société de Philosophie de langue française.

Continuer la lecture de De Sprache à l’effacement de la Rede dans Le Langage Heidegger de Henri Meschonnic

Journée d’études le 11 mai en Sorbonne

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

THALIM (Théorie et histoire des arts et de la littérature, UMR 7172)

Ecole Doctorale 120 (Littérature française et comparée) 

Journée d’études

Le rythme aujourd’hui : pratiques et théories avec l’œuvre d’Henri Meschonnic

Mercredi 11 Mai 2016 (9h-16h30)

Salle Bourjac – 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e 

Organisation : Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, THALIM) et Marie-Hélène Paret Passos ( Pontifícia Universidade Católica do Rio Grande do Sul/ CAPES)

Cette journée d’étude veut montrer, à travers quelques travaux de chercheurs et doctorants, l’actualité de la notion de rythme telle que l’a conceptualisée Henri Meschonnic (1932-2009), depuis au moins Critique du rythme (Verdier, 1982). Elle accompagne le lancement d’un carnet de recherche, « Henri Meschonnic : actualités et recherches, relations et résonances » (http://mescho.hypotheses.org) qui veut rassembler au niveau international les travaux concernant l’œuvre de ce théoricien du langage, poète et traducteur.

PROGRAMME

9h00                En présence de Madame Régine Blaig, ouverture de la journée d’études par Carle Bonafous-Murat, Président de l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 et par les professeurs Jean-Louis Chiss (directeur de l’UFR Littérature, linguistique, didactique), Philippe Daros (directeur de l’école doctorale 120, Littérature française et comparée) et Alain Schaffner (directeur de THALIM – Théories et histoires des arts et des littératures de la modernité, UMR 7172)

9h30                Marie-Hélène Paret Passos (PUCRS/CAPES) : Henri Meschonnic écrit Hugo: une poétique de la minuscule dans les manuscrits de la Fin de Satan.

10h00              Marc de Launay (ENS/CNRS) : Retrouver un rythme biblique.

10h30              Pause

10h45              Gérard Dessons (Université Paris 8) : Le rythme et le reste.

11h15              Discussion

11h45              Repas

13h30              Table ronde des doctorants (Ecole Doctorale 120) :

Melissa Melodias (Paris 3) : Pasolini, Meschonnic : vivre et le rythme. Rafael Costa Mendes (Paris 3/PUCRS) : Le rythme dans la traduction biblique : lecture de Henri Meschonnic par Haroldo de CamposShungo Morita (Paris 3) : Henri Meschonnic, lecteur de Ronsard et de Nerval : une réflexion sur la notion de « discours » dans la poésie.

15h00              Pause

15h15              Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, DILTEC et THALIM) : Le rythme, la voix, la relation : des « correspondants par excellence ».

15h45              Discussion et conclusion

16h30              Fin de la journée d’études

Le sacré, le divin, le religieux : un livre aux éditions Arfuyen le 17 mars 2016

arton2408-f8c21Un nouveau livre de Henri Meschonnic ouvre une nouvelle collection aux éditions Arfuyen: “La faute à Voltaire” (notice de présentation de la collection par l’éditeur : http://www.arfuyen.fr/-actualites-.html#200)

Henri MESCHONNIC

Le sacré, le divin, le religieux

suivi d’un entretien avec Anne Mounic

NOUVELLE COLLECTION “LA FAUTE À VOLTAIRE”
Sortie en librairie le jeudi 17 mars 2016

Collection “La faute à Voltaire”
n°1, 88 pages, ISBN 978-2-845-90228-2

9 €

Comprendre la place du religieux dans la cité suppose de savoir distinguer le sacré, le divin et le religieux : « Le religieux, écrit Meschonnic, n’est pas le divin. Le religieux – ou la religion – est la socialisation, l’institutionnalisation, l’appropriation, la captation, la gestion du divin. Le gestionnaire du divin. Le culte. Le cultuel et le culturel du divin. Mais le gestionnaire du divin s’identifie au divin, à force de se l’approprier, et de le gérer. Et comme sa gestion est sociale, elle est politique. Le religieux est le théologico-politique. » 

Si le but de la présente collection, « La faute à Voltaire », c’est de faire entendre à nouveau une parole libre et forte qui puisse nourrir la réflexion du citoyen sur les grands problèmes actuels de la cité, ce premier livre de la collection, Le sacré, le divin, le religieux, d’Henri Meschonnic, en offre un bon exemple. En un texte et un entretien brillants et allègres, Henri Meschonnic rend simples et limpides des distinctions que l’humanité d’aujourd’hui ne sait malheureusement plus faire.

« L’humanité, écrit Meschonnic, est malade du théologico-politique. Elle est malade de confondre le sacré, ce temps du conte, du temps que les bêtes parlaient, avec le divin, qui est la création de la vie, la sainteté étant ce qui touche au divin. Elle est encore plus malade de confondre le divin avec le religieux, qui n’est que la confiscation du divin par ceux qui s’en proclament les porte-parole et les propriétaires. Et c’est le religieux qui est le théologico-politique. »

Le malheur des temps s’alimente toujours de confusions et de contresens. L’honneur de Voltaire, de Spinoza, et de leurs successeurs peut et doit être de les dissiper par la rigueur et la clarté d’une pensée ouverte à tous.